Des premiers heurts ont éclaté mardi à Lille entre supporters anglais et russes, à la veille d'un match "à risque" Russie-Slovaquie, suivi le lendemain à Lens (à une quarantaine de kilomètres de Lille) d'une rencontre Angleterre-Pays de Galles, a constaté une journaliste de l'AFP.

Ces affrontements n'ont pas fait de blessés.

Quelques dizaines de supporters, alcoolisés, se sont opposés en fin d'après-midi sur la terrasse d'un bar face à la gare de Lille-Flandres. Certains ont lancé des bouteilles en verre, des chaises et des tables.


Des supporters russes étaient masqués et cagoulés. L'un d'entre eux portait un T-shirt emblématique des Orel Butchers, groupe affilié au Lokomotiv Moscou, des hooligans russes, avec l'inscription "Fuck Euro-2016".

Quelques minutes avant d'aller chercher la confrontation avec les fans anglais, ce supporter russe a déclaré à l'AFP: "On va se battre. Si les Anglais ont le courage de venir, on les écrasera: les Anglais, on les hait."

L'incident, qui n'a duré que quelques minutes, a cessé avec l'arrivée sur place de la police et de plusieurs cars de CRS qui stationnaient tout près. Aucune victime n'est à déplorer.

Mercredi, la Russie affrontera la Slovaquie au stade Pierre-Mauroy de Lille. Le lendemain, ce sont les Anglais qui affronteront le Pays de Galles à Lens.


Un Français identifié et arrêté mardi après les violences d'Angleterre-Russie

Reconnu sur des photos diffusées dans la presse, un Marseillais de 46 ans a été placé en garde à vue mardi pour sa participation présumée aux violences qui ont éclaté au Vieux-Port en marge d'Angleterre-Russie, a-t-on appris de source policière. L'homme a été identifié par les policiers sur deux photos différentes, a déclaré un porte-parole des autorités françaises: sur la première, l'homme à la carrure large, crâne rasé et barbu, s'apprête à lancer une cannette de bière, sur le Vieux-Port.

Sur la seconde, il est au sein d'un groupe qui s'en prend à coups de pied et à coups de poing à un supporter.

Les faits remontent à samedi, jour du match Russie-Angleterre et point culminant des violences entre supporters français, britanniques et fans russes qui ont fait 35 blessés à Marseille. Dix personnes, dont trois Français, ont déjà été condamnées lundi, la plupart à des peines de prison ferme, allant de un mois à un an.