Le dossier "Mémé " Tchite devait être plaidé devant la cour d’appel de Bruxelles hier. Le joueur, ses avocats et ceux de la Fifa étaient présents, mais l’un des trois magistrats était absent pour cause de maladie. Aucun suppléant n’ayant pu être trouvé, les plaidoiries ont été reportées au 2 décembre.

Avant-hier, la Fifa avait communiqué sur le dossier. En invoquant notamment le point 18.1.a de son règlement sur le statut des joueurs. En résumé : pour pouvoir changer d’équipe nationale, le joueur ne peut pas avoir disputé de match international A avec sa première équipe dans le cadre d’une compétition officielle et il devait déjà jouir de la nationalité qu’il souhaite désormais représenter au moment de sa première participation à un match international d’une compétition officielle.

"Mémé" Tchite n’a jamais joué pour une équipe nationale A, mais il a participé en 2004 à un match avec les U20 du Burundi (en Tanzanie dans le cadre de la Coupe Cecafa) et il n’a obtenu la nationalité belge qu’en 2008. Il ne remplirait donc pas la deuxième condition.

"Nous estimons que cette exigence est déraisonnable", commente Me Luc Misson, qui défend les intérêts de "Mémé" Tchite. "C’est un manque de respect vis-à-vis de la décision des autorités belges d’accorder la nationalité belge à M. Tchite. Je comprends que la Fifa veut éviter des fraudes, comme lorsqu’un pays naturalise en vitesse des joueurs dans le seul but de les aligner en équipe nationale. En Belgique, il faut avoir été domicilié 5 ans dans le pays sans interruption. C’est une protection suffisante contre les fraudes."

Mémé Tchite et ses conseillers préféreraient une solution négociée. Mais si elle n’arrive pas, le dossier pourrait déboucher sur une nouvelle affaire Bosman, déjà gérée par Me Luc Misson.

"On n’y est pas", précise d’emblée l’avocat. "Mais il n’est pas impossible qu’une juridiction belge pose une question préjudicielle à la Cour de justice de l’Union européenne, notamment par rapport à la libre circulation des travailleurs. Comme dans l’affaire Bosman avec l’UEFA."

La procédure risquerait de prendre du temps. "Mais un juge des référés pourrait autoriser M. Tchite à jouer pour les Diables rouges en attendant l’issue."

L’Union belge serait-elle prête à se mouiller dans cette affaire ?

"Elle l’a fait en envoyant la demande de changement d’association à la Fifa", dit Alfred Raoul, le conseiller de " Mémé" Tchite. "Nous l’en remercions, mais nous souhaitons qu’elle aille plus loin pour accompagner le joueur dans sa démarche. Notamment en contactant la Fifa pour lui faire entendre qu’une solution négociée est préférable pour tout le monde."