Michael, le fils de celui qui avait été remplacé par Van Holsbeeck en 2004, assurera la succession de l’actuel manager général. Mais avec quelques aménagements.

Ce vendredi après-midi, Roger Vanden Stock et Marc Coucke s’adresseront aux médias. Une sorte de passage de témoin avant l’heure entre l’actuel et le futur président du RSCA. Le nouveau propriétaire en profitera pour donner les contours de son projet anderlechtois.

Coucke ne fera pas table rase du passé. Il tient à conserver un ancrage anderlechtois dans un club où on a toujours aimé la tradition. Dans le futur organigramme, on retrouvera donc des gens déjà en place actuellement. Mais il y aura aussi quelques nouvelles têtes. Parmi celles-ci, on retrouvera à coup sûr un nom qui fleure bon la nostalgie au Parc Astrid : Verschueren.

Michael, le fils de Mister Michel, jouera un rôle dans le nouvel Anderlecht. Et pas n’importe lequel : à terme, c’est lui qui devrait succéder à Herman Van Holsbeeck dans les bureaux de Neerpede.

L’actuel manager du Sporting aimerait poursuivre sa mission jusqu’en juin 2020 à Anderlecht. "Mais son contrat se termine en 2019", nous glisse une source interne au club. La saison prochaine pourrait donc déjà être la dernière de Van Holsbeeck. Une saison où il pourrait même aider Michael Verschueren à faire son écolage. Un peu comme quand Van Holsbeeck était resté dans l’ombre de… Michel Verschueren en 2003 avant d’officiellement prendre ses fonctions en 2004.

La fonction actuelle d’Herman Van Holsbeeck pourrait tout de même évoluer lors de la passation de pouvoir. Michael Verschueren devrait être épaulé par un directeur sportif expérimenté. Un nom est déjà sur toutes les lèvres : Luc Devroe. Celui qui occupe cette fonction à Ostende connaît le football belge comme sa poche et ce natif de Bruxelles a ses entrées dans la maison mauve, même s’il fut aussi dirigeant au Club Brugeois (entre 2007 et 2011).

La famille Verschueren ferait donc son retour par la grande porte à Neerpede, même si Michael est présent dans l’ombre depuis 2009 quand il a acheté 10 % des parts du RSCA. Des parts qu’il va conserver malgré l’arrivée de Marc Coucke (qui s’offre 70 % du club pour une somme entre 70 et 80 millions). Les deux hommes se connaissent depuis plusieurs années et s’entendent très bien.

En débarquant à Anderlecht en 2009, Verschueren Junior s’est rapidement montré ambitieux. Sans doute trop pour les anciens qui n’ont pas voulu le mettre dans la lumière. Il représente le Sporting à l’ECA depuis 2013 et il a été réélu pour un troisième mandat consécutif en septembre dernier. Un rôle discret dans cette association qui défend les intérêts de 220 clubs par rapport aux évolutions du football mais qui lui a permis de rencontrer les dirigeants des plus grands clubs européens. Une expérience précieuse pour ce businessman de 47 ans.

Son mandat prendra fin en 2019, le moment où il devrait succéder à Van Holsbeeck. Un laps de temps qui lui permettra aussi de préparer son arrivée, lui qui possède une société dans le privé. Société qui vient de signer un contrat important avec une firme basée aux États-Unis.

Si Verschueren et Devroe devraient être les nouvelles têtes du RSCA de Coucke, Jo Van Biesbroeck resterait en place. Le manager opérationnel, arrivé il y a deux ans et demi à Neerpede, est l’homme de confiance d’Alexandre Van Damme. Et comme ce dernier conserve ses parts (16,4 %) dans le club, il ne devrait pas y avoir de changement à ce niveau.