Six jeunes supporters belges se remettent de leur cauchemar à l’Euro.

Tout comme plus de 12.000 Belges, Sebastian, Felipe, Branko, Filiep, Jonas et Sven s’étaient rendus à l’Euro dans l’idée de vivre une aventure inoubliable. Mais arrivés à Bordeaux, ils ont vécu un cauchemar : tout leur a été volé. Y compris leur toute nouvelle Multivan Volkswagen Caravelle d’une valeur de 70.000 euros, qui n’avait que quelques milliers de kilomètres au compteur.

Sebastian : "On s’était garé sur un parking avant Bordeaux, au bord d’un bois, où on pensait dormir dans nos tentes. Vu qu’on allait boire un verre, on préférait prendre les transports en commun pour nous déplacer dans le centre-ville. En revenant au parking, le minibus avait disparu. On pensait qu’on s’était trompé d’endroit, mais on a tout compris quand on a retrouvé des débris de verre."

Le minibus était rempli d’objets de valeur. Sebastian : "Moi, j’avais laissé 450 euros à bord. D’autres des cartes visa. Il y avait une caméra GoPro, des ordinateurs du boulot, des cartes de banque, et évidemment tous nos vêtements. Il nous reste une seule carte de banque et nos portables. On nous a volé plus de 1.000 euros en argent liquide et plus de 5.000 euros en objets."

La police essaie de retracer les voleurs. "Ils ont essayé d’utiliser nos cartes bancaires, mais nous les avons bloquées. La police essaie également de voir s’ils n’ont pas abandonné le minibus quelque part. Jusqu’à présent, rien n’a été retrouvé."

Également à bord étaient les six tickets de match pour Belgique - Irlande et les six tickets pour Belgique - Suède. "D’abord, on envisageait de rentrer à la maison, vu qu’on était tous abattus. Mais Adidas a pu nous régler six nouveaux tickets, et cette fois des places VIP avec un repas et des boissons. C’était notre seule consolation. Finalement, on a savouré à fond le match."

Entre-temps, la bande se débrouille comme elle le peut. "On a pu dormir dans un appartement à Bordeaux, et via l’assurance, on a une voiture de location pour aller à Nice et pour ensuite retourner en Belgique. On garde le moral !"