En se montrant sérieuse, appliquée et besogneuse, l’équipe belge n’a pas bâclé sa première rencontre de l’année. Face à une équipe d’Algérie qui nous avait laissé de mauvais souvenirs (0-0 à Bruxelles juste avant la Coupe du monde), les Diables Rouges ont offert aux 40.000 spectateurs non pas un spectacle mais une prestation digne d’une équipe du top européen qui se déplace début février dans le Maghreb pour un match amical...

La Belgique n’a en réalité jamais eu le temps de douter de ses capacités et de se mettre dans de mauvais draps. Au cours des sept premières minutes, les Diables allaient creuser un écart insurmontable pour une formation algérienne vraiment très faible. Georges Leekens aura énormément de travail ces prochains mois...

A la 2e minute, Emile Mpenza profitait d’une bévue du gardien sur un tir guère dangereux de Buffel pour ouvrir le score (0-1). Cinq minutes plus tard, sur une perte de balle d’un défenseur algérien, Sonck tira en force à hauteur du point de penalty pour faire (0-2). Le match était déjà fini...

Sur un terrain d’une lourdeur incroyable, le match ne pouvait atteindre des sommets et c’est logiquement que l’on assistait à une prestation disciplinée mais pas inspirée de la Belgique. L’Algérie tentait bien de réagir et de sortir de sa torpeur mais elle se montrait bien très imprécise dans ses choix et sa construction. Les Diables, bien en place, couvraient tous les espaces. Alors que Simons et sa défense étaient intraitables et que le milieu de terrain coupait les angles, Sonck et Emile Mpenza, très mobiles, étaient des poisons pour la défense nord-africaine.

La seconde période allait être d’une autre qualité. Sur un terrain de plus en plus mauvais, la pluie n’aidant rien, le match ne proposa rien de bien alléchant. Blessé, Van Buyten céda sa place à Thijs qui faisait ainsi ses débuts au poste d’arrière central ! Aimé Anthuenis proposa aussi à Herpoel de fouler la pelouse à la place d’un De Vlieger qui n’eut rien à faire au cours de la première période. Le second but d’Emile Mpenza fut un éclair dans la grisaille : sur un service de Goor, l’attaquant de Schalke 04 faisait 0-3. Les deux entraîneurs belges commençaient alors la valse des changements : Roussel, Martens et Soetaers eurent la chance de participer à un match que les supporters algériens avaient décidé d’un coup de bouder en huant ses joueurs et en encourageant les Belges! Et ce n’est pas le but de Belmadi en fin de match qui pourra apaiser la frustation des Algériens.

A vrai dire, les deux entraîneurs ont du pain sur la planche même si on ne pourra en aucun cas incriminer ce soir Anthuenis. La Belgique a déjà connu des matches amicaux bien plus calamiteux...