Vincent Kompany a formulé deux souhaits pour 2021. "La santé", a-t-il d’abord dit. "Et finir avec quelques points de plus que Frankie Vercauteren." La deuxième partie est lancée avec humour après avoir une nouvelle fois remercié Vercauteren pour son apport.

Quatrième. Une place en playoffs. Vincent Kompany est là où il rêvait être. "C’est l’objectif de tout coach. Ensuite, tout peut arriver."

Le boss des Mauves ne veut pourtant pas planer et encore moins planifier. " Si on commence à calculer, c’est le bordel", dit-il sans détour. "Je suis vraiment un acharné du prochain match. Mon job est de donner assez de confiance pour que les joueurs soient prêts pour le prochain match. Avec tous ces morveux (NdlR : il a utilisé le terme néerlandais plus affectueux "snotneus"), je ne peux pas commencer à faire des plans."

Le discours peut paraître négatif, comme si les joueurs paniquaient à l’idée d’avoir des perspectives. Kompany parle seulement de la sorte pour les protéger.

Le mois de janvier va mettre à nu les forces et faiblesses de ce groupe. Le T1 est confiant au moment d’aborder six matchs en trois semaines.

"Quand tu joues tous les trois jours, tu n’as pas le temps de t’enflammer ou de dramatiser. J’ai un noyau assez large et équilibré pour faire face à ce genre de période. La réalité du terrain et la vérité des entraînements quotidiens feront la différence dans mes choix."

Percy Tau était l’une des exceptions qui sortaient du lot. Kompany en est orphelin et se retrouve face à un choix pour le poste de numéro 10 avant le retour de Verschaeren. Le fait d’avoir poussé Vlap à jouer avec l’équipe B ce samedi prouve que Kompany attend soit qu’il parte, soit qu’il se ressaisisse.

"Je réclame trois qualités en plus de la technique pure : travail, humilité et intensité. C’est aux joueurs de correspondre à ces attentes."