Le litige entre la Fédération et les Diables Rouges concernant les primes pour les Coupes du monde 2018 et 2022 et pour l’Euro 2020 est réglé. 

Lundi, un accord de principe a été trouvé lors d’une réunion avec le conseil des joueurs à Tubize. L’Union belge n’a plus qu’à transcrire l’accord de principe en accord contractuel.

Les joueurs ont donc accepté une réduction des primes, comme l’avait voulu Bart Verhaeghe, vice-président de la Fédération. Verhaeghe voulait réduire les primes de 60 %, mais son souhait initial n’a pas été exaucé. Pour rappel : les Diables auraient pu gagner 704.000 euros en gagnant la Coupe du monde 2014.

C’est surtout la prime de qualification pour le Mondial qui est fortement revue à la baisse : moins 40 %, donc de 200.000 euros à 120.000 euros. Mais en cas de qualification pour les huitièmes, la prime de qualification sera élevée à 160.000 euros. Et si les Diables atteignent les quarts, ils auront à nouveau leurs 200.000 euros.

Par match joué au Mondial, la concession est moins importante : moins 15 % par rapport à la prime de l’ère Martens.

À noter que les primes pour les matches amicaux et pour les matches de qualification restent inchangées.

Les Diables doivent également participer à des activités de marketing ou de sponsoring pour la Fédération. La compensation pour ces efforts commerciaux est également revue à la baisse comparée à la campagne 2016 : moins 15 %. Si le merchandising rapporte plus que les 2,5 millions prévus, la Fédération va partager le bénéfice avec les joueurs (50 % pour chacun).

La Fédération s’engage également à garantir de meilleurs parkings pour les joueurs au stade Roi Baudouin et à offrir de meilleures places et des arrangements VIP pour les familles.