Les trois attaquants de pointe tiennent l’attaque de leur club à bout de bras.

À Sclessin comme à Bruxelles, on est confronté au même problème : le manque de doublure de l’attaquant de pointe. Véritable révélation de la saison, le Polonais Lukasz Teodorczyk a rapidement pris les commandes du classement des buteurs avec dix-huit réalisations soit quatre de plus qu’Orlando Sa.

Mais à Anderlecht comme au Standard, on manque d’un back-up. Tout comme au Standard, le fossé est grand entre le Polonais et ses concurrents. À l’instar d’Emond à Sclessin, Idrissa Sylla, pourtant parti en août à QPR, reste à l’heure actuelle le deuxième attaquant du club avec deux buts. Avant son départ à Charleroi, Hamdi Habraoui en avait inscrit un. Les Anderlechtois, conscients de leur dépendance au Polonais, ont recruté cet hiver le Suédois Isaac Kiese Thelin qui n’a pas encore marqué en championnat.

À Bruges, le contraste est également saisissant. Meilleur buteur du club avec ses quinze buts, Jelle Vossen pointe en deuxième position du classement des buteurs juste derrière l’Anderlechtois et une longueur devant le Standardman.

Là encore, on rencontre des problèmes de remplaçants à l’attaquant de pointe puisque Wesley est le seul attaquant de formation du club, excepté Vossen, à avoir marqué (il a inscrit un but).

À l’inverse, à Ostende, Yves Vanderhaeghe peut compter sur trois buteurs avec Dimata (11 buts), Musona (9 buts) et Cyriac (parti à Fulham mais qui avait inscrit 4 buts). À Genk, la différence entre Karelis (9 buts) et Samata (7 buts) n’est également pas importante tout comme à Eupen avec le duo Henry (12 buts) et Sylla (10 buts).