Le Hainaut ménagerait-il désormais chaque saison une confrontation insolite avec le Club Bruges? En clôture montoise de la compétition dernière, les joueurs flandriens s'étaient attiré quelques reproches parce qu'ils n'avaient pas sciemment levé le pied, au Tondreau, avant d'avoir infligé... neuf buts sans réplique à une équipe locale en instance de divorce avec un entraîneur, Sergio Brio, engoncé dans sa morgue. Ce samedi, les Brugeois interloqués ont dû craindre, une heure durant, de devenir la cible des risées ironiques du lanterneau, eux qui se découvraient incapables de prendre la mesure de l'équipe B, renforcée, de La Louvière. Quel beau souvenir pour ces Louveteaux survoltés, qui avaient à coeur de mériter ce sublime cadeau collectif! Mais quel coup de sang, aussi, des dirigeants louviérois qui n'ont pas hésité à créer un précédent en laissant ainsi déborder, de la manière la plus spectaculaire qui soit, la coupe d'un ressentiment fédéral nourri par une accumulation de décisions systématiquement arrêtées à leur détriment. Tous les joueurs alignés étant couverts par l'indispensable licence, La Louvière ne risque pas un forfait qui eût été inadmissible. Son entraîneur était donc en droit d'agir de la sorte. Il n'empêche: le club du Tivoli a initié là un jeu dangereux qu'Anderlecht peut à bon droit juger saumâtre. Pas au point, sans doute, de compromettre le passage, chuchoté, de Proto d'un club à l'autre. Objectivement, le Club Bruges a bénéficié d'un cadeau, au prorata de sa renommée. La Louvière accueillera le Sporting à la mi-avril. Une qualification en Coupe pourrait l'inciter à... récidiver. Renouvellerait-elle son coup d'éclat, par souci d'équité, que l'effet de surprise serait dissipé: son caractère inédit sera émoussé et les Anderlechtois, rendus méfiants par l'expérience brugeoise, ne se laisseront pas désarçonner aussi longtemps. Le prochain week-end, La Louvière ira défier Mons. L'esprit du jeu implique qu'elle ne favorise pas un des trois menacés aux dépens des deux autres. Et si La Louvière avait contraint Bruges au partage, dans quel état d'esprit ses titulaires se seraient-ils alignés, ce mercredi en Coupe, contre le même Club? Le Sporting de Franky Vercauteren, qui a réussi son premier vrai test en infligeant à Genk son premier échec, très net, à domicile, a confirmé de belle manière son intention de lutter encore pour le titre. Il se préserve, aussi, du retour d'un Standard choyé par la réussite qu'on se réjouit déjà d'apprécier, dimanche, à Bruges. Dans le bas du tableau, le Brussels a consumé un de ses derniers jokers. Seuls les trois derniers semblent désormais impliqués dans la bataille pour le maintien.

© Les Sports 2005