Le coach fédéral a rendu, hier, officielle, la sélection de l'équipe nationale qui affrontera ce soir, à 20 heures, la Lettonie, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde.

Il n'y a, bien sûr, aucune surprise, par rapport à l'équipe officieuse qu'on vous a dévoilée il y a plusieurs jours déjà. En fait, depuis lors, le forfait de Walter Baseggio a réglé le dernier problème qui pouvait se poser à Robert Waseige: il n'a pas dû choisir entre le jeune Anderlechtois et le Brugeois Simons. En effet, pour sa tranquillité d'esprit, Baseggio, tracassé par l'état de santé de sa maman, a demandé, et obtenu, de pouvoir quitter le groupe.

RENTRÉE DE VERHEYEN

De plus, Robert Waseige est également dispensé d'enlever un homme de la liste des 22. On sait qu'il ne peut inscrire que 18 noms sur la feuille d'arbitrage; ceux de Vanderhaeghe et de Deflandre tombent d'office puisqu'ils sont suspendus, et Herpoel, troisième gardien, s'efface aussi fort logiquement. Ils ne sont donc plus que dix-huit.

En réalité, par rapport à la sélection qui a entamé le match amical à Prague, il n'y a qu'un seul changement: Gert Verheyen reprend fort normalement sa place, et c'est Bob Peeters, de toute façon forfait, qui disparaît.

En revanche, par rapport au dernier match de compétition, celui du 24 mars à Glasgow, c'est un chambardement spectaculaire qui se produit, dû, à la fois, aux obligations et aux choix du sélectionneur. Deflandre, Dheedene, Van Buyten, De Boeck, Hendrikx, Vanderhaeghe, Baseggio, Vermant et Peeters, soit neuf joueurs qui se sont produits sur la pelouse d'Hampden Park ne sont plus de l'équipe de base, et, parmi eux, seul Sven Vermant aura, éventuellement, l'occasion de monter sur le terrain. C'est un changement spectaculaire.

SIMONS L'INAMOVIBLE

La ligne médiane du Club Brugeois peut-elle se passer de Timmy Simons?

Trond Sollied l'ignore toujours. L'entraîneur norvégien n'a jamais été confronté à ce problème cette saison. J'ai disputé l'intégralité de tous les matches officiels du Club, sourit le jeune Brabançon: trente-quatre en championnat, huit en coupe de l'UEFA et un en coupe de Belgique. Ce n'est pas une surprise pour moi. A Lommel, pendant deux saisons, je n'ai manqué que deux fois deux matches. Pour cause de suspensions, jamais en raison d'une blessure. Le secret de ma régularité? Je me soigne avec une méticulosité de maniaque et j'ai toujours veillé à me ménager de grandes plages de repos entre les matches.

Timmy Simons ne personnifie pas le véritable néophyte de l'équipe nationale. Son compagnon de promotion Peter Vanderheyden, devenu son ami intime, lui ouffle cette particularité: l'arrière gauche brugeois enfilera sa deuxième cape en deux sélections. Simons honorera sa deuxième titularisation en quatre apparitions dans le groupe des Diables. En bondissant de Lommel, un club relégué, à Bruges, un candidat au titre, je n'imaginais pas que douze mois plus tard j'allais présenter un bilan personnel aussi flatteur. Dans mon plan de carrière, j'avais projeté de disputer une dizaine de matches comme titulaire et de m'asseoir de quinze à vingt fois sur le banc. Non seulement je n'ai jamais été remplacé mais j'ai eu le bonheur d'avoir été distingué par le coach fédéral. Ma progression, assez appréciable, ne me rend absolument pas présomptueux: je suis conscient que j'ai été porté par le bon comportement de l'équipe brugeoise. Notre parcours en championnat constitue d'ailleurs ma plus grande fierté cette saison. Je savoure mes deux titularisations en équipe nationale comme deux sublimes récompenses individuelles.

Robert Waseige l'avait signifié dès le début de cette semaine de préparation: Timmy Simons aurait obtenu la préséance sur Walter Baseggio même si un grave problème familial n'avait pas affecté le jeune Anderlechtois. Je n'ai pas voulu le croire, avoue le Brabançon, demeuré humble. Les promotions se bousculent mais je veille à ce qu'elles ne m'étourdissent pas. Je me sens en pleine forme même si je me découvre en proie à une très légère nervosité. Je m'en réjouis car c'est un bon stress!

© La Libre Belgique 2001