Le Sporting a mis fin à la série de matches sans défaite du GB et a, surtout, repris la tête du classement. Pour gagner, il s’est appliqué, il a dominé, il s’est forgé des occasions mais, une fois encore, il a trop souvent frémi.

Avec le retour de plusieurs anciens, comme supporters - Michel Verschueren et Hassan - ou comme adversaires, le Sporting bruxellois disputait en quelque sorte le match de la famille recomposée.

Un de ses anciens lui offrit d’ailleurs un premier cadeau, en forme d’avertissement. A la 11e minute, après une déviation de Leko et un centre de P. Monteyne, Goor tira, du droit, sur la base du montant. Cette action se situait au cœur d’un triplé d’occasions en rafale. Pratiquement sur l’action précédente, sur centre de Goor, Haroun avait " croqué" sa reprise alors qu’il se retrouvait, lui aussi, seul dans l’axe. Puis le même Haroun, à l’angle du petit rectangle, avait tiré dans le filet latéral.

D’un envoi travaillé, tout en finesse, Losada imita Goor à la 41e minute avant que Vlcek, à la réception de ce ballon qui avait rebondi sur l’équerre, ne croise trop sa reprise de la tête.

Entre ces deux faits marquants, le Sporting avait tenté, parfois de manière précipitée, souvent en coordonnant mal sa distribution, de battre en brèche l’excellente organisation anversoise. Impeccable, Proto avait fait le reste, notamment en déviant, à la 39e, un obus de Biglia.

Goor aurait dû marquer encore, à la 47e, quand, seul devant Schollen, il plaça, du gauche, à côté. Puis le même Schollen lâcha un envoi d’Haroun avant d’intercepter la reprise de Kpaka.

Le GB jouait avec son bonheur. Le Sporting serra son jeu. A la 61e, Proto joua les kamikazes devant Gillet. Sur le coup de coin qui s’ensuivit, Losada "croqua" deux fois sa reprise et Gillet une fois. Wasilewski, lui, fit mouche (1-0) avant de sauver son camp dans la foulée. Suarez scella le score, sur contre-attaque, alors que les Anversois réclamaient un penalty pour une faute de main de Deschacht (2-0) (voir ci-dessous).