Marc Wilmots veut un entrejeu costaud et voir des Diables enfin réalistes.

Il connaît bien sa leçon. Interrogé sur Miralem Pjanic, Marc Wilmots a tout de suite enchaîné en brossant un portrait de l’équipe bosnienne : "Oui, il y a Pjanic, un joueur de classe qui est très dangereux sur coup franc. Il a eu un très bon prof à Lyon avec Juninho et ses ballons sont vicieux et flottants. Évitons donc de commettre des fautes près de notre but. La Bosnie a aussi Dzeko, l’un des meilleurs joueurs de tête en Europe. Mais elle a d’autres arguments. À l’aller, cette équipe évoluait en 4-4-2 mais avec Bazdarevic, elle a changé son système et joue désormais avec deux médians récupérateurs et des joueurs qui se projettent très vite vers l’avant, comme Lulic et Visca."

Actif dans le modeste club d’Istanbul BB, Edin Visca est en effet un danger permanent en sélection. "Vu la qualité de l’adversaire, nous avons besoin de trois médians", affirme Wilmots. Qui seront certainement Nainggolan, Fellaini et Witsel.

Reste à voir dans quel rôle, puisque le sélectionneur aime avoir des changements de position dans ce triangle.

En fait, chaque ligne aura sa tâche : ce triangle devra remporter la bataille de l’entrejeu, la ligne arrière devra retrouver son intransigeance et devant, il faudra surtout se montrer efficace. "Au pays de Galles, nous avons eu 14 occasions pour un seul tir cadré", déplore Marc Wilmots. "Et si on ne marque pas, comment voulez-vous gagner un match ? Quand on aura des occasions, ce sera très important d’être efficace. Pas comme à Cardiff."

Mais la confiance devant le but n’est pas un élément facile à travailler à l’entraînement. En tant qu’ancien attaquant, le sélectionneur est le premier à le savoir. Trop souvent depuis trois ans, ses Diables ont péché devant le but et se sont compliqué la tâche. Surtout à domicile. Erreur à ne pas répéter ce mercredi soir.