Axel Witsel, Thomas Vermaelen et Marc Wilmots sont passés sur le grill après la défaite face à l'Italie. Revivez leur conférence de presse!

"J'ai surtout vu un manque de grinta et d'agressivité dans mon équipe hier soir", a déclaré le sélectionneur belge.

Marc Wilmots a été la cible de nombreuses critiques, qu'elles soient internationales ou belges. "Je comprends la déception des supporters", a déclaré Wilmots mardi après l'entraînement des Diables au Haillan. "Ils étaient 18.000 hier soir au stade et nous avons une responsabilité envers eux. Les supporters attendent de leur équipe qu'elle soit agressive, qu'elle ait la volonté de gagner. Le talent n'est pas suffisant. Je n'ai pas retrouvé la grinta chez mes joueurs hier. J'ai une équipe jeune mais la volonté de l'emporter n'y était pas."

Malgré ce faux pas, Wilmots a tenu à rester positif. "Nous avons perdu une bataille, pas la guerre. Nous construisons un projet depuis quatre ans ensemble, tout ne peut pas être négatif après une rencontre. A mes yeux, le match nul aurait été mérité. Nous avons été piégé par une longue balle sur l'ouverture du score de Giaccherini, nous sommes en faute. Si l'entraîneur italien m'a battu tactiquement? Notre première demi-heure a été excellente et nous tenions bien l'Italie, notre tactique fonctionnait parfaitement. Après le but, ils se sont regroupés et si vous ne marquez pas, tout devient beaucoup plus compliqué. La tactique de l'Italie n'était pas si bonne. Sinon Lukaku n'aurait pas eu cette occasion", a conclu Marc Wilmots.

Le sélectionneur est revenu sur les propos de son gardien Thibaut Courtois, qui s'était montré quelque peu dépité de la prestation des Diables. "Je suis très déçu. Nous n'avons presque rien montré, l'Italie a été très bien organisée et nous a surclassé tactiquement", avait déclaré le gardien au coup de sifflet final.

"Les interviews d'après-match sont toujours dangereuses", a expliqué Marc Wilmots. "Quand vous êtes gardien et que vous venez d'encaisser deux buts, vous êtes encore dans l'adrénaline de la rencontre et vous réagissez émotionnellement. J'ai parlé avec Thibaut (Courtois) dans l'avion après la rencontre. Il m'a assuré que ce n'était pas dirigé vers l'entraîneur."

Marc Wilmots a également discuté avec Radja Nainggolan, remplacé assez tôt dans la seconde période et auteur d'un geste de mauvaise humeur une fois sur le banc après son changement. "Il est venu me voir mardi et m'a dit qu'il était uniquement déçu d'avoir été remplacé. Il m'a dit qu'il serait toujours présent pour l'équipe. La décision de le remplacer a été très compliquée. J'ai voulu garder le contrôle du milieu de terrain et j'avais besoin d'Axel (Witsel) et Marouane (Fellaini) sur les phases arrêtées."


Pour Thomas Vermaelen, l'Irlande est une équipe avec beaucoup de caractère

Thomas Vermaelen a été un des points positifs de la rencontre perdue lundi par les Diables Rouges contre l'Italie (0-2). Malgré son temps de jeu limité au FC Barcelone et une saison jalonnée par des blessures, il a presté une bonne rencontre au sein de l'arrière-garde belge.

Au lendemain de la douloureuse défaite contre la "Squadra Azzura", la déception était encore fort présente chez Thomas Vermaelen. "Nous n'étions pas dans un bon jour, c'était donc compliqué de battre l'Italie", a déclaré le défenseur mardi au centre d'entraînement des Belges. "Nous avons les qualités pour les battre mais ce match ne nous a pas souri."

Le défenseur de 30 ans faisait partie, tout comme les dix autres titulaires, des joueurs exemptés d'entraînement ce mardi. "Nous nous sommes couchés vers 5h30 du matin. Aujourd'hui, nous avons un peu nagé et roulé. Je comprends les critiques car les attentes sont élevées. Les réserves quant à notre tactique? Le sélectionneur discute avec nous mais c'est à lui qu'appartient la décision", a ajouté Vermaelen, associé pour la première fois dans l'axe avec Toby Alderweireld. "Peu importe à côté de qui nous jouons, nous nous connaissons très bien et depuis assez longtemps."

Thomas Vermaelen a également abordé la prochaine rencontre, samedi contre les Irlandais. "L'Irlande est une équipe avec du caractère. Beaucoup de joueurs évoluent en Premier League et connaissent donc très bien une grande partie de notre équipe. La rencontre sera loin d'être facile et il y aura beaucoup de pression mais nous allons tout faire pour décrocher un bon résultat."


Axel Witsel: "Nous gagnons ensemble et nous perdons ensemble"

"Nous avons encore deux rencontres et devons tout faire pour prendre les six points. La défaite d'hier (lundi) contre l'Italie (0-2) nous a ajouté un peu de pression, nous n'avons plus droit à l'erreur", a déclaré Axel Witsel mardi après l'entraînement des Diables Rouges au Haillan.

Axel Witsel et les autres titulaires étaient exemptés d'entraînement. "Après un tel match, c'est toujours difficile de s'endormir. Je pense que j'étais vers 5h30 du matin au lit", a expliqué le joueur du Zenith St-Petersbourg. "Nous nous sommes reposés et avons un peu pédalé (mardi)".

"Nous n'avons pas encore parlé en groupe de la défaite, nous le ferons ce soir ou mercredi. Il n'est pas question de pointer quelqu'un du doigt, nous sommes un groupe, nous gagnons et perdons ensemble. C'est évident que nous avions imaginé un autre début de tournoi mais tout n'a pas été mauvais. La différence s'est faite dans l'efficacité et la rapidité. Maintenant, il va falloir se relever et rester positif."

Le joueur de 27 ans, qui a joué sa 70e rencontre internationale face à la "Squadra Azzura", a admis que la Belgique avait reçu une petite baffe. "C'est un véritable coup sur la tête mais parfois, c'est bien aussi. Le groupe est assez fort mentalement. Malgré l'euphorie de ces derniers mois, nous restons les pieds sur terre et nous savons très bien que nous ne sommes pas les meilleurs", a ajouté le Liégeois, annoncé à l'AS Rome comme remplaçant probable de Radja Nainggolan, en partance pour Chelsea. "L'AS Roma est un grand club mais il n'y a aucun contact", a assuré Witsel.


>>>Revivez la conférence de presse grâce aux tweets de notre journaliste sur place (ci-dessous)<<<