Ce jeudi après-midi, le sélectionneur national a parlé de la Hongrie, de son collectif, du match face à la Suède et de beaucoup d'autres points.

"Il y aura toujours de petites choses à améliorer mais je note que certains joueurs grandissent dans le tournoi comme De Bruyne ou Carrasco. Il ne faut pas oublier que le 19 mai, j'avais seulement 12 joueurs à l'entraînement", s'est exprimé Marc Wilmots avant d'aborder le match contre à la Suède en lui-même. "On a fait 6 points sur 9, on est passé. Ce sont des choses positives. En deuxième mi-temps, on a raccourci les espaces, on a fait bloc mais on aurait dû faire courir les Suédois encore plus. en ce qui concerne nos reconversions, elles étaient faites à 2.000 à l'heure."

Pour la première fois de l'Euro, Marc Wilmots a tenu son point de presse avant et non après l'entraînement. Il s'est déjà tourné vers le 1/8e de finale dimanche à Tousouse contre la Hongrie.

"Honnêtement, je préfère jouer contre l'Angleterre ou l'Espagne, car alors vous n'avez rien à perdre. De telles rencontres, comme celle contre le Brésil au Mondial 2002, sont les plus agréables."

Le tableau théorique des Belges à l'Euro semble des plus intéressants avec les favoris Allemagne, France, Espagne, Angleterre et Italie regroupés dans l'autre moitié.

"Avez-vous vu cet Euro? Je n'ai vu aucun rencontre qui était facile. Tous les pays y vont à fond. Il n'y a vraiment plus de petites équipes", a estimé Wilmots.

"J'ai regardé un peu hier, Hongrie-Portugal. Les Hongrois ont vraiment une bonne équipe. Avec des joueurs comme Balazs Dzsudzsak, Adam Szalai et Kristian Nemeth ils ont des joueurs de classe et ils défendent pour leur vie. Aucun match n'est facile. Prenez l'exemple du Pays de Galles. Tous le monde a ri quand nous avons été battus là-bas, mais regardez où ils sont aujourd'hui", a poursuivi le sélectionneur fédéral qui est satisfait d'avoir la phase de groupes derrière lui.

"Nous avons grandi dans le tournoi. Mes joueurs deviennent plus forts. En huitièmes de finale, le jeu peut complètement changer et le contexte des rencontres est totalement différent."


Radja Nainggolan: "La Hongrie n'a rien à perdre contre nous"

Radja Nainggolan a été le buteur du match remporté par la Belgique 0-1 face à la Suède, mercredi soir à Nice. Le milieu de terrain de l'AS Rome a trouvé la faille d'un tir (légèrement dévié) parti de l'entrée du rectangle à la 84e minute. Au lendemain de ce match qui ouvrait la porte des huitièmes de finale, le 'Ninja' était surtout soulagé.

Titulaire contre l'Italie, remplaçant de Dembélé face à l'Irlande, Nainggolan a retrouvé sa place dans le onze de base. "Tous le monde veut jouer. Je ne m'attendais pas à ne pas jouer contre l'Irlande mais je dois m'incliner et accepter les choix de l'entraîneur. J'ai longtemps eu du mal à être remarqué en Belgique et j'ai ensuite joué une très bonne campagne de qualification pour l'Euro. Contre l'Italie, ce ne fut pas bon, et je suis sorti de l'équipe. De telles choses arrivent dans le monde du football. Il faut pouvoir l'accepter. Hier (mercredi), j'ai essayé d'apporter mes petites pierres à l'édifice et de jouer mon match. Marquer fut un bonus."

Nainggolan est de nouveau rétabli après une déchirure au mollet qui l'a tenu écarté quelques semaines au début de la préparation. "J'ai joué cette saison une soixantaine de matchs et ce fut déjà une longue saison. Espérons qu'elle dure encore un peu", a ajouté l'Anversois qui pourrait encore être au coup d'envoi contre la Hongrie dimanche soir à Toulouse.

"Peut-être de tels matchs sont sur papier faciles, mais la Hongrie a gagné son groupe avec une poule qui comprenait notamment le Portugal. Nous devons nous méfier de telles équipes, il n'y a pas d'équipes faciles dans cet Euro. Une telle équipe n'a rien à perdre et y va. De petits pays comme l'Albanie et la Roumanie ont montré du beau football. Nous devons gagner et ils n'ont rien à perdre."