Malgré son départ en Chine, Axel Witsel a conservé la confiance de Roberto Martinez, qui l'a sélectionné pour les matches contre la Grèce et la Russie. "J'ai été surpris par le niveau physique du championnat chinois", a déclaré la nouvelle recrue de Tianjin Quanjian mardi après l'entraînement des Diables Rouges à Tubize.

"Il y a beaucoup d'agressivité et de nombreux contacts physiques. C'est général, je ne suis pas visé parce que je suis une des vedettes. Tactiquement, ce n'est pas le championnat le plus fort, beaucoup d'équipes laissent pas mal d'espace entre les lignes", raconte le joueur de 28 ans.

Le Liégeois a inscrit son premier but en Super League chinoise lors du dernier match de son club, face à Shanghai Greenland. Tianjin Quanjian compte 1 point sur 6.

"C'est un privilège de pouvoir travailler avec un coach comme Fabio Cannavaro", dit Witsel, qui a un rôle plus offensif en Chine. "Il m'a expliqué dans le détail ce qu'il attend de moi dans cette position. En équipe nationale, je me sens bien en milieu défensif. Pour ce qui concerne notre équipe, je pense que nous allons vivre une année de transition, nous parlerons de trophées la saison prochaine".

Witsel ayant opté pour la Chine, on se demandait s'il allait continuer à être appelé en équipe nationale. "Je ne me suis pas posé trop de questions", avance l'ancien Soulier d'Or. "Je vois que pas mal de joueurs continuent à être sélectionnés alors qu'ils jouent depuis des années en Chine. Nous travaillons très dur. Je ne comprendrais pas que je ne sois pas assez fit pour aller à la Coupe du monde. Le rythme des matches est moins élevé mais quand je jouais en Russie, je devais aussi m'adapter quand je venais en équipe nationale".

"Je ne vois pas de différence avec le Witsel d'avant", dit pour sa part Roberto Martinez. "Il est même plus frais que d'autres joueurs car la saison en Chine n'a repris qu'en mars. Pour moi, où on joue n'est pas le plus important. Le plus important, c'est que les joueurs fassent partie d'un projet".


Nacer Chadli de retour en équipe nationale après son transfert à West Bromwich Albion

Absent de la sélection des Diables Rouges lors du dernier Euro 2016, Nacer Chadli a quitté Tottenham l'été dernier. En quête de temps de jeu, le Belge a rejoint West Bromwich Albion. Après un début de saison compliqué et une opération au genou fin octobre, Chadli est désormais titulaire chez les 'Baggies', actuels 8e en Premier League. "Le retour a été difficile suite à mon opération", a reconnu Chadli mardi après l'entraînement au centre national de Tubize. "J'ai énormément travaillé et, depuis quelques semaines, je me sens vraiment très bien. D'ailleurs, mes statistiques le prouvent. Le plus important pour moi, c'est de jouer toutes les semaines. Je veux d'abord briller en club afin d'être chaque fois sélectionné avec l'équipe nationale. Cette fois, c'était une belle surprise pour moi de faire partie du groupe lors de ce rassemblement international."

Après le forfait d'Eden Hazard, Chadli apparaît même comme une possibilité de remplacement. "Je joue souvent à cette position avec WBA, même si j'ai dû m'adapter à plusieurs places suite à des blessures au sein de notre effectif. Ces dernières semaines, le coach m'a souvent mis sur la droite: j'y suis dangereux et marque de temps à autre. Dans le système de Martinez, les postes sur les flancs pourraient également me convenir. Il faut prendre toute l'aile à son compte. Je n'ai encore jamais joué à cette place mais, à 27 ans, je peux encore beaucoup apprendre. Notre sélectionneur joue dans un tout nouveau dispositif, c'est toujours chouette. Roberto Martinez est d'ailleurs venu me voir à WBA et sait à quelles places il peut me faire jouer", a conclu Nacer Chadli.


Leander Dendoncker: "Cela commence à devenir lourd"

Leander Dendoncker aura bien mérité de prendre du repos au terme de la saison. L'Anderlechtois a en effet joué 45 matches avec le Sporting et il était titulaire lors du dernier match des Diables face à l'Estonie.

"Cela commence à devenir lourd, alors que la phase décisive du championnat doit encore commencer et que nous sommes encore en lice en Europa League", déclare Dendoncker mardi à Tubize. "Ce serait beau de jouer contre la Russie, mais nous débutons déjà les play-offs trois jours plus tard avec Anderlecht. Le coach m'a clairement fait comprendre que je ne devais pas revenir blessé de l'équipe nationale. C'est à moi de bien faire attention".

A Anderlecht, Dendoncker évolue au milieu, mais face à l'Estonie, Roberto Martinez l'avait aligné sur le flanc droit dans une défense à trois. "Je suis toujours prêt à jouer en défense, même si ça demande des ajustements tactiques", dit Leander Dendoncker. "Ce n'est pas simple de tourner rapidement le bouton. Je préfère jouer au milieu, car j'y ai toujours joué. Mais la concurrence au milieu est grande, c'est donc logique. Je suis déjà content d'être là".

La Grèce sera un adversaire d'un autre calibre que l'Estonie. "C'est une équipe qui est très bonne dans les duels et qui a des qualités. Mais devant notre public, nous devons prendre les trois points", dit Leander Dendoncker, que Roberto Martinez voit "autant comme un médian que comme un défenseur". "Il avait bien joué en défense contre l'Estonie, il était resté calme", annonce le sélectionneur fédéral. "Il est vrai qu'il a déjà joué beaucoup de matches mais je n'ai pas d'accord à ce propos avec Anderlecht. Ce ne serait pas correct de parler avec un club et pas avec les autres. Si je parle, c'est avec tous les clubs".