Pour des cas similaires, certains ont écopé de 3 voire 4 journées, a remarqué Pierre François. La décision du comité sportif de l'Union belge a été frappée d'appel par le Standard.

"Nos arguments n'ont pas été entendus", a regretté Pierre François, s'étonnant que la décision soit dix fois plus importante que la sanction requise par le parquet fédéral. "C'est du jamais vu", a-t-il remarqué, rappelant que le procureur René Verstringhe, avait requis une suspension avec sursis courant jusqu'au 16 novembre et le paiement d'une amende de 250 euros.

Le Standard précise qu'il apporte tout son soutien à Axel Witsel, qui n'est pas un joueur violent, et qui n'a pas commis volontairement de faute. "On lui demande de changer de mentalité... Que peut-il changer? Il a une bonne mentalité et n'avait pas l'intention de blesser", a rappelé Pierre François, soulignant que le club n'ingligerait aucune sanction à son joueur.