Métronome du milieu de terrain espagnol et poumon de la "Roja" , Xavi aura joué un rôle prépondérant dans l'obtention par son équipe du titre européen, un statut de leader salué par l'UEFA qui l'a désigné meilleur joueur de l' Euro . Son gabarit est loin d'être impressionnant (1,70 m, 68 kg) mais sur la pelouse, son incessante activité finit forcément par sauter aux yeux.

Xavi, c'est la colonne vertébrale de la "Seleccion" , l'homme sans qui aucune liaison ne serait possible entre les défenseurs et les joueurs à vocation offensive. Un seul chiffre résume son apport indispensable au bon fonctionnement de la formation de Luis Aragones : 11,466 km. Il s'agit de la distance parcourue par le joueur du FC Barcelone au cours de la finale où il a fini par imposer sa loi aux Allemands dans l'entrejeu. Si Ballack a été quasi inexistant, si Frings, tout juste revenu de blessure, n'a pas eu son rayonnement habituel, et si Klose et les deux ailiers Schweinsteiger et Podolski ont été sevrés de munitions, la faute en incombe principalement à Xavi. Et puis, il y a eu cette offrande en or pour Torres, un chef-d'oeuvre de passe en profondeur, juste au bon moment et là où il faut, entre deux défenseurs allemands. Le "Kid" de Liverpool ne pouvait pas la manquer.

En demi-finales, il avait déjà placé les siens sur orbite en ouvrant le score contre la Russie (3-0) après un relais avec son partenaire en club, Andres Iniesta. Ses statistiques personnelles au cours de cet Euro (un but, une passe décisive) décrivent mal son influence sur le jeu de la "Seleccion" dont il est devenu un pilier, sinon le rouage indispensable après 63 sélections (huit buts). Sa grave blessure au genou droit, survenue six mois avant le Mondial 2006, l'avait empêché de donner sa pleine mesure lors de la Coupe du monde, les jeunes Espagnols ayant été croqués par les vieux grognards français en huitièmes de finale (3-1).

Cette fois, pas de pépin physique pour l'empêcher de tenir son rang de patron de l'équipe nationale. Juste des bleus à l'âme après une nouvelle saison blanche de son club de toujours, le "Barça" . Catalan pure souche, le milieu de terrain de 28 ans est, en effet, un produit estampillé "blaugrana" . Formé au club, il en a gravi tous les échelons avant de débarquer en équipe première en 1998, d'abord sur la pointe des pieds, avant de s'affirmer à partir de 2001 comme son élément central, une sorte de nouveau Guardiola, joueur emblématique des années 90 et nouvel entraîneur.

Bien que trop souvent dans l'ombre des grandes vedettes qui ont toujours peuplé l'effectif "quatre étoiles" du "Barça" , Xavi reste intouchable et inattaquable. La crise sportive que connaît depuis deux ans la formation catalane pourrait faire des dégâts au sein des " Quatre Fantastiques" (Ronaldinho, Eto'o, Henry, Messi). Xavi est, lui, sûr et certain de demeurer "blaugrana" et... "roja" à jamais.