Le Diable est revenu sur les deux finales que l'Atletico Madrid a perdues ainsi que sur d'autres sujets comme son passage en Chine, son prêt à Madrid, mais aussi, bien entendu, la prochaine rencontre des siens face aux Allemands de Leipzig.

C'était en 2014 et en 2016. A deux reprises, les Colchoneros s'étaient inclinés contre le Real Madrid. Lors de la première finale perdue, le Belge évoluait encore à Monaco mais la seconde finale perdue, Carrasco la garde bien plus en tête. Ce jour-là, il avait été l'auteur d'une prestation XXL. C'est d'ailleurs lui qui avait égalisé à dix minutes du terme. Mais après des prolongations vierges, c'étaient Ronaldo et les siens qui remportaient la séance de tirs au but et qui soulevaient, une nouvelle fois, la Coupe aux grandes oreilles. Une grande frustration pour les hommes de Diego Simeone mais que Carrasco a déjà bien relativisée. "On apprécie d'avoir pu jouer une finale", se souvient Carrasco auprès de Marca. "Il y a toujours un gagnant et un perdant, malheureusement nous avons perdu. Certes, on essaye d'oublier ces pénalties mais le football est fait comme ça. J'ai été très satisfait du niveau de jeu de l'équipe. Après, les pénalties, ce sont une loterie."

"Il est vrai que l'Atlético mérite de gagner la Ligue des champions, après avoir perdu deux fois en finale dans des moments très difficiles. La première fois, c'est en encaissant à la dernière seconde après avoir mené longtemps. La deuxième fois, c'était lors d'une séance de penalties. Je pense donc que l'Atletico mérite déjà cette coupe", a-t-il poursuivi.

D'ailleurs, un match compliqué attend Carrasco et ses partenaires. Ils en sont bien conscients: "Nous respectons Leipzig, c'est une bonne équipe, très compétitive. Ils ont terminé troisièmes en Allemagne, ce qui signifie qu'ils sont très bons. Ce sera un match très difficile", poursuit-il.

Le Final 8, et puis la Chine ?

D'ailleurs où jouera Carrasco la saison prochaine ? Lui qui est prêté par Dalian, disputera la fin de la Ligue des Champions avant de rentrer dans son club. A moins que les directions chinoise et espagnole ne se mettent d'accord sur un éventuel transfert. "Je suis très heureux ici et ce serait très positif de pouvoir rester plus longtemps à l'Atlético, mais dans les négociations, au final, je n'ai pas tout le pouvoir", affirme-t-il à Marca. 

Ce qui confirme qu'il n'a plus envie de mettre les pieds en Chine bien que le Diable ne regrette pas son passage au Moyen-Orient. "J'ai bien quitté l'Atlético, ce fut une très bonne expérience de vie, j'ai fait la connaissance de la Ligue chinoise dans une autre partie du monde, j'ai grandi en tant que personne et aussi en tant que joueur. J'ai dû être le footballeur le plus important là-bas et j'ai dû prendre tout le poids de l'équipe sur mon dos. C'est très différent d'un club avec de grands joueurs,. Donc en y allant, j'ai grandi et cela m'a permis de retourner à l'Atlético plus mature, avec une autre vision de la vie et cela m'a beaucoup aidé", conclut-il.