Le capitaine de l’équipe de France de football Zinédine Zidane, qui ne s’est pas exprimé depuis son exclusion en finale du Mondial de football, sera interrogé en direct mercredi dès 19h40 su BeTv (Canal Plus), a indiqué mardi soir la chaîne de télévision française cryptée.

L’agent de Zidane avait annoncé lundi que le joueur s’expliquerait rapidement sur les raisons qui l’ont conduit à asséner un violent coup de tête sur le torse du défenseur italien Marco Materazzi.

Dans la Gazzetta dello Sport, Materazzi a reconnu avoir insulté Zidane tout en minimisant la gravité de ses propos et en accusant le Français d’arrogance.

La presse britannique, s’appuyant sur un spécialiste de la lecture sur les lèvres, a affirmé que l’Italien aurait dit: «On sait tous que tu es le fils d’une pute terroriste».

La Fifa a annoncé qu'elle allait ouvrir une enquête sur les circonstances qui ont entouré l'expulsion de Zinedine Zidane lors de la finale de la Coupe du monde. Dimanche, le capitaine de l'équipe de France, qui jouait le dernier match de sa carrière, avait asséné un coup de tête sur la poitrine du défenseur italien Marco Materazzi lors de la prolongation de la finale, vraisemblablement après une provocation verbale de l'Italien. La teneur exacte des propos tenus par Materazzi reste un mystère, mais le défenseur a assuré qu'il n'avait pas traité Zidane de «sale terroriste».

«La Fifa va ouvrir une enquête disciplinaire sur le comportement de Zidane pour établir aussi précisément que possible les circonstances exactes qui ont entouré l'incident», a déclaré l'instance internationale.

L'arbitrage en question

Depuis l'expulsion de l'ancien capitaine de l'équipe de France, une polémique enfle quant à la manière dont l'arbitre central argentin, Horacio Elizondo, a pris connaissance du comportement de Zidane. Selon Raymond Domenech, c'est le quatrième arbitre, l'Espagnol Luis Medina Cantalejo qui, sur la foi d'images vues sur un écran de contrôle, a averti Elizondo de l'incident entre Zidane et Matterazi. Medina Cantalejo, soutenu par la Fifa, niait cette version des faits. «Je l'ai vu en direct, je n'ai rien inventé. Le ballon était ailleurs et c'est dans cette direction que l'arbitre regardait, tandis que les arbitres de touche se replaçaient.»

Dans un communiqué, l'instance mondiale du football a confirmé les dires de Medina Cantalejo. «L'incident a été remarqué directement par le quatrième arbitre Luis Medina Cantalejo qui a averti l'arbitre central et ses assistants.»

Ironie de l'histoire, c'est le même Zidane qui a été désigné lundi par la presse meilleur joueur du tournoi. La Fifa n'est pas en mesure d'affirmer combien de suffrages avaient été exprimés avant l'expulsion du Français. «Les bulletins de vote ont été déposés dans des urnes au centre de presse de Berlin et il est resté ouvert jusqu'à minuit le jour de la finale, a déclaré un responsable de la Fifa. Il est impossible de déterminer combien de journalistes avaient déjà déposé leurs bulletins avant le match et combien l'ont fait pendant puisque les votes ne sont comptabilisés qu'après l'expiration du délai.»

Les Français quant à eux semblent avoir pardonné dans leur majorité à Zidane. Selon un sondage de l'institut CSA publié mardi par «Le Parisien», 61 pc disent pardonner le geste du Français, contre 27 pc qui ne le pardonnent pas.

© Les Sports 2006