Formule 1

Malgré le palmarès le plus fourni de l’histoire de la Formule 1, Michael Schumacher ne s’est pas attiré que des sympathies durant sa carrière. Que ce soit auprès des fans de la discipline ou auprès de ceux qui ont arpenté les pistes face à lui, la personnalité plutôt froide de l’Allemand n’a pas toujours laissé un souvenir heureux. Insatiable, ce véritable gagneur a souvent dépassé les limites pour atteindre ses objectifs.

L’exemple le plus frappant reste celui qui a conduit ce pilote de légende à son premier titre de champion du monde. En lutte avec Damon Hill lors du dernier Grand Prix de la saison, en Australie, "Schumi" ne compte qu’un point d’avance avant cet ultime rendez-vous de la saison. Il ne peut donc se permettre de terminer la course derrière le Britannique. Largement en tête, le jeune Michael se dirige vers son premier titre mais commet une erreur et heurte un mur de béton avec son train avant droit. S’il n’est pas contraint à l’abandon, l’Allemand voit Hill remonter inexorablement sur sa Benetton. Ne pouvant se résoudre à perdre le titre, Schumacher accroche volontairement son rival, au moment où celui-ci tente de le dépasser. Le double abandon en découlant permet au Baron Rouge de décrocher sa première couronne.

Si l’on pouvait imputer cette manœuvre à un manque de maturité, le fait est que "Schumi" reproduit ce même comportement trois ans plus tard. Cette fois, c’est au volant d’une Ferrari que le septuple champion du monde tente de s’arroger le titre. Au classement, les conditions sont identiques sauf que l’adversaire du pilote teuton se nomme Jacques Villeneuve. A nouveau, le scénario se répète. Schumacher s’envole avant d’apercevoir le Canadien dans son rétro. Là encore, l’Allemand se rabat volontairement sur son opposant. Mais cette fois, Schumacher sera disqualifié. Et sera même radié du classement général.

Si d’autres incartades sont venues émailler la carrière du "Baron Rouge", comme des manœuvres suspectes pour ralentir ses adversaires en qualification ou le non-respect de consignes des commissaires de course, il faut aussi revenir sur l’altercation avec David Coulthard. A Spa, en 1998, Schumacher s’apprête à prendre un tour au Britannique lorsque ce dernier freine brusquement. L’accident est inévitable. De retour aux stands sur trois roues pour abandonner, Schumacher, furieux, rejoint Coulthard dans son garage, déclarant que ce dernier "a voulu [le] tuer" et il faut l’intervention de mécaniciens pour éviter que des coups soient échangés.