Formule 1

Après un grave traumatisme crânien, comme celui dont Michael Schumacher a été victime, la phase de réadaptation est "un long trajet parfois frustrant". Le coma, qui dure de quelques jours à quelques semaines, est suivi de la phase de réveil durant laquelle le patient passe par différents états, avant d'éventuellement recouvrer ses facultés, explique le Dr Steven Laureys, directeur du Coma Science Group du centre de recherches du cyclotron à l'Université de Liège (ULg). A la sortie d'un coma, le patient peut successivement passer de l'état végétatif aux états de conscience "-" et "+", poursuit-il. L'état de conscience "+" indique que le patient réagit à la commande, et est donc conscient du monde qui l'entoure. Si l'évolution d'un stade à l'autre est espérée, chaque victime d'un traumatisme crânien peut rester bloquée à n'importe quelle étape, que ce soit de manière temporaire ou définitive.

A la suite d'un tel traumatisme, l'attention se porte sur "les troubles moteurs, mais encore plus important, sur les troubles cognitifs et du comportement", souligne le Dr Laureys. En effet, les lésions frontales peuvent notamment provoquer de l'agressivité chez le patient. L'encadrement par une équipe pluridisciplinaire, de même que la famille, sera dès lors très important.

Pour les troubles moteurs, pas besoin d'attendre le réveil, "on y travaille dès que possible; c'est essentiel d'agir sur la plasticité du tissu musculaire, de privilégier la prévention en cas de déformation des membres", précise le directeur du Coma Science Group. Le corps médical privilégiera en effet toujours un traitement préventif et médicamenteux à des opérations plus lourdes, ces patients étant plus vulnérables et susceptibles de développer des infections.

Chaque année en Belgique, 900 personnes perdent la vie à la suite d'un traumatisme crânien et quelque 150 nouveaux patients sont hospitalisés. Ces derniers, si leur évolution le permet, suivront le trajet classique: des soins intensifs vers un centre de rééducation, suivi d'un retour au domicile ou à une maison de soins en vue de continuer la convalescence.

"On peut parler d'une épidémie silencieuse en Belgique", indique le Dr Laureys. "Bien que l'on puisse remplacer de plus en plus d'organes, la plasticité cérébrale reste une grande inconnue."

Plongé dans un coma artificiel après son accident de ski le 29 décembre 2013, Michael Schumacher avait été placé en phase de réveil le 30 janvier. L'ex-champion allemand de Formule 1 est sorti du coma et a quitté l'hôpital de Grenoble (France) lundi pour le Centre hospitalier universitaire de Vaud, à Lausanne (Suisse).