Le petit jeu qui peut rapporter gros...

Le coach national Michel Vanmeerbeek vous aideà améliorer votre jeu. Aujourd'hui: l'importance du petit jeu d'approche autour du green.

Si on se réfère aux analyses chiffrées des parcours, les amateurs consacrent 90pc de leur temps de practice au long jeu, qui n'intervient que pour 40pc dans la performance. Paradoxal, non? Le petit jeu, entreprise à scorer... tout le monde le sait. Mais c'est aussi le domaine où tout practice sera instantanément payant en terme de progrès, ce qui est loin d'être le cas pour le travail de long jeu!

Le petit jeu (approche pitchée, coup roulé, sortie de bunker, putting) est généralement considéré comme une affaire de feeling. Erreur de considération, car beaucoup de technique intervient en plus du feeling. Les possibilités et associations dans les paramètres techniques sont infinies, il faut donc faire les bons choix. Justement, lors de l'entraînement le golfeur peut se lancer des défis afin de mesurer son niveau.

L'emploi du coup roulé (chipping) est indiqué lorsque la balle est près du green, la surface entre la balle et le trou est régulière et bien tondue, en présence de vents forts ou d'un sol dur (links), le joueur désire faire un coup de distance importante pour atteindre le green (30 à 60 mètres), sortie des bois pour se recentrer sur le fairway, sécurité...

Deux options techniques

Deux options assez différentes se présentent à vous. Vous pouvez vous entraîner aux deux et choisir celle qui vous convient le mieux ou garder les deux et prendre la plus adéquate selon la situation.

Méthode 1 (trois photos ci-dessus):

le golfeur joue la balle à droite du pied droit en tournant les pieds, les genoux, hanches, épaules un peu vers la cible. Le club est incliné vers la cible, car les mains sont toujours au centre du corps. Le mouvement du joueur est vertical avec la face qui reste fermée. Le contact se fait en descendant avec une traversée réduite. Le swing fait long - court. Le corps est passif.

La balle sort assez vite du club et roulera beaucoup. L'erreur classique quand le joueur fait ce coup est d'adopter une mauvaise position de départ.

Méthode 2 (trois photos du bas): le joueur se positionne plus parallèle par rapport à la ligne de jeu et place la balle cette fois-ci au milieu de l'écartement des pieds. Le club (ligne du shaft) est en droite ligne avec les mains en face du centre du corps. Le mouvement du club se fait dans le prolongement de la balle avec la face du club qui s'ouvre légèrement lors de l'élan et se referme légèrement dans la traversée. La balle montera un peu pour atterrir avec légèreté sur le green ou la surface d'atterrissage et roulera sans prendre beaucoup de vitesse. Dans le cadre de cette technique, l'erreur fatale consistera à garder la face du club fermée lors de la préparation, en continuant de regarder la balle.

Essayez désormais les deux versions. Respectez bien les positions de départs. Regardez l'efficacité de l'une et de l'autre dans différentes situations. Personnellement, Michel Vanmeerbeek emploie la «une» quand il est près du bord de green et la «deux» pour des coups plus longs.

Quand on a compris que le succès au putting dépend de la distance qu'il reste à putter, on imagine aisément l'importance de la précision au chipping. Si vous vous entraînez vers un green, tracez un cercle (enfoncez des tees) autour du trou avec un rayon d'une longueur de wedge. Faites 10 chips et regardez combien de balles terminent leur course dans le cercle (approche - putt assuré). 50pc est bon et 80pc est excellent. Variez les distances après chaque série de 10!

© Les Sports 2003