Vijay Singh persiste et signe!

Grand battu du dernier Masters, Vijay Singh n'a pas perdu, pour autant, ses illusions. Le Fidjien l'a encore prouvé, dimanche dernier, en remportant le Wachovia Championship sur le parcours de Charlotte, en Caroline du Nord. Au résultat, Singh, 42 ans, a même ajouté la manière puisqu'il s'est imposé au terme d'un play-off passionnant face à l'Américain Jim Furyk et l'Espagnol Sergio Garcia!

Miguel Tasso
Vijay Singh persiste et signe!
©AP

Grand battu du dernier Masters, Vijay Singh n'a pas perdu, pour autant, ses illusions. Le Fidjien l'a encore prouvé, dimanche dernier, en remportant le Wachovia Championship sur le parcours de Charlotte, en Caroline du Nord. Au résultat, Singh, 42 ans, a même ajouté la manière puisqu'il s'est imposé au terme d'un play-off passionnant face à l'Américain Jim Furyk et l'Espagnol Sergio Garcia!

Au départ du dernier tour, le Fidjien accusait pourtant six coups de retard sur un Garcia en état de grâce. Mais «El Nino» perdit de sa superbe sur les dix-huit derniers trous. A l'affût, Furyk et Singh signèrent une superbe carte de 66 et le rejoignirent au faîte du leaderboard. Lors du play-off, le champion asiatique fit parler son expérience et s'imposa au quatrième trou de barrage.

C'est la troisième victoire de Singh cette saison après ses succès au Sony Open de Hawaï et au Shell Open de Houston. C'est aussi son 27e sacre sur le circuit profesionnel américain. Bref, ceux qui pensaient que, grâce à son triomphe d'Augusta, Tiger Woods avait définitivement repris les commandes du golf mondial en sont pour leur frais!

Certes, le «Tigre» est toujours numéro un mondial sur les tablettes. Mais il n'a plus qu'une toute petite avance sur Singh. L'Américain compte 13,06 points tandis que son dauphin en possède 12,88! C'est dire si les prochains rendez-vous - et notamment l'US Open de la mi-juin - s'annoncent passionnants.

Lors du Wachovia Championship, Tiger Woods a dû se contenter d'une onzième place, à dix strokes des leaders. S'il a signé un eagle et dix-sept birdies, il a également concédé quinze bogeys et un double bogey. Bref, pour sa rentrée, il a fait preuve d'une grande irrégularité, à l'image d'ailleurs de Phil Mickelson (qui signa une carte de 66 le dernier jour, après en avoir signé une de 73 les deux jours précédents).

La palme de la déception en Caroline du Nord revenait pourtant à Sergio Garcia. Impressionnant lors des trois premières journées, l'Espagnol se voyait déjà remporter sa sixième victoire sur le PGA Tour. Il perdit curieusement toute son avance (six coups sur le deuxième) lors d'une dernière journée aux allures de calvaire. «Parfois, on apprend plus d'une défaite que d'une victoire» expliquait-il, philosophe, après sa déroute.

«Mener un tournoi avec une confortable avance n'est pas toujours l'idéal. On joue de façon prudente alors que vos poursuivants, eux, n'ont plus rien à perdre et prennent des risques qui peuvent s'avérer payants» remarquait Vijay Singh.

© Les Sports 2005