Tiger Woods plus fort que jamais

"J'ai eu l'impression d'affronter un extraterrestre." L'aveu est de Stewart Cink. Laminé dimanche sur les fairways de Tucson par un Tiger Woods plus impérial que jamais et qui, comme il en a désormais pris l'habitude, a écrit une nouvelle page de l'histoire du golf en remportant le Mondial de match-play avec le plus gros écart (8 trous d'avance et 7 trous encore à jouer) jamais enregistré dans cette compétition.

Philippe Lacourt
Tiger Woods plus fort que jamais
©AP

J'ai eu l'impression d'affronter un extraterrestre."

L'aveu est de Stewart Cink. Laminé dimanche sur les fairways de Tucson par un Tiger Woods plus impérial que jamais et qui, comme il en a désormais pris l'habitude, a écrit une nouvelle page de l'histoire du golf en remportant le Mondial de match-play avec le plus gros écart (8 trous d'avance et 7 trous encore à jouer) jamais enregistré dans cette compétition. "Il est nettement plus fort qu'avant, a encore témoigné Cink. Franchement, je ne l'ai jamais vu jouer aussi bien qu'il ne l'a fait contre moi. En fait, on remarque qu'il a appris, désormais, à se contrôler. Il s'emporte moins et il gère à la perfection son rythme cardiaque tout au long de la partie. C'est, croyez-moi, très impressionnant; mais, surtout, ce travail sur lui-même est désormais très payant..."

Meilleur qu'en 1999

Vainqueur des trois tournois auxquels il a pris part en 2008, Tiger Woods ne cache pas qu'il ambitionne de conserver ce brevet d'invincibilité dans les mois qui se profilent. "Gagner tout, c'est en effet mon intention. C'est pour cela que je joue au golf. Si je ne crois pas que je peux l'emporter, je ne viendrais pas au départ du tournoi. Et pour l'instant, oui, tout marche à la perfection. Je pense même mieux jouer qu'à ma période la plus dorée, celle de fin 1999", confiait l'Américain.

Woods, dimanche, a remporté cette épreuve pour la troisième fois après ses victoires de 2003 et 2004. Il s'agit aussi de la septième victoire du n° 1 mondial lors de ses huit derniers tournois. Tous des chiffres qui font peur à ses rivaux; mais qui, pour lui, sont le fruit du travail. "J'ai effectivement acquis une meilleure compréhension de la manière dont je dois jouer, de comment mettre mon jeu en place. Tout cela, parce que je peux désormais m'appuyer sur une panoplie de coups bien plus large que par le passé. J'ai ainsi hérité d'une marge de manoeuvre qui me laisse à l'abri d'une possible mauvaise surprise. Mais je vous rassure : je dois encore travailler certains aspects de mon jeu même si, globalement, je suis satisfait de l'évolution de celui-ci. En fait, ma plus grande fierté réside dans le fait que j'ai appris à m'adapter à toutes les situations lorsqu'elles se présentent sur un parcours..."

On l'a vérifié lors de son premier match face à Holmes et lors de son huitième de finale très chaud face à Baddeley. Mais à chaque fois, le "Tigre" est resté le maître. Et quel maître...