Martin Kaymer, l’héritier de Langer

Quel thriller! C’est finalement l’Allemand Martin Kaymer qui a remporté, dimanche, l’USPGA, quatrième et dernière levée du Grand Chelem. Il s’est imposé, en play-off, face à l’Américain Bubba Watson malgré un bogey sur le dernier des trois supplémentaires.

Mig.T.
Martin Kaymer, l’héritier de Langer
©EPA

Quel thriller ! C’est finalement l’Allemand Martin Kaymer qui a remporté, dimanche, l’USPGA, quatrième et dernière levée du Grand Chelem. Il s’est imposé, en play-off, face à l’Américain Bubba Watson malgré un bogey sur le dernier des trois supplémentaires. Son adversaire concéda en effet un double bogey, après avoir envoyé sa balle dans l’eau. Les deux joueurs avaient terminé les 72 trous réglementaires à égalité à 11 coups sous le par.

Avant cet épilogue dramatique, le tournoi avait été marqué par les malheurs de l’Américain Dustin Johnson. Dans un premier temps, ce dernier s’était, lui aussi, qualifié pour ce play-off. Mais il fut ensuite pénalisé de deux coups pour avoir posé son club sur le sable d’un bunker sur le dernier trou. Les images de la télé (utilisées par les arbitres) sont implacables. En fait, l’infortuné champion n’avait pas remarqué qu’il s’agissait de l’un des multiples - plus de 1000 ! - obstacles de sable de ce parcours diabolique. "J’aurais dû mieux lire les règles locales mais l’endroit avait été piétiné par la foule et le stress était très grand" regretta l’Américain, déjà héros malheureux du dernier US Open (où il s’était écroulé le dernier jour alors qu’il était en tête).

La victoire de Martin Kaymere, 25 ans et héritier direct du grand Bernhard Langer, n’est pas une réelle surprise. Voilà plusieurs mois que cet Allemand au jeu très solide et complet collectionne les beaux résultats. Ce succès confirme, au passage, la belle santé du golf européen à un peu plus d’un mois de la Ryder Cup. L’Irlandais Rory McIlroy termine d’ailleurs à la troisième place. Voilà une bonne nouvelle pour le capitaine européen Colin Montgiomerie.

Le terrible parcours de Whistling Straits (Wisconsin), dessiné près du lac Michigan, a pour le reste été sans pitié pour les grands favoris. Tiger Woods, toujours aussi irrégulier, termine à la 28e place mais préserve cependant sa place de n°1 mondial. Son dauphin Phili Mickelson a, en effet, dû se contenter de la douzième position.