golf

La trève des confiseurs a été de courte durée en matière golfique. La saison 2014, qui a débuté dès le mois d’octobre dernier sur le PGA Tour américain, a ainsi déjà repris ses droits cette année, avec la victoire ce lundi de Zach Johnson au tournoi des champions à Hawai. L’European Tour recommence quant à lui cette semaine avec le Volvo Champions à Durban, le cinquième (!) tournoi en Afrique du Sud en ce début de saison. Celui-ci regroupe la plupart des vainqueurs sur le circuit européen 2013.

Direction Gleneagles, via le PGA Tour

Nicolas Colsaerts, qui peaufine sa préparation avec son coach Michel Vanmeerbeek à Anahita (île Maurice) avant de s’envoler samedi pour la Californie, reprendra quant à lui la compétition la semaine prochaine avec l’Humana Challenge à Palm Springs. Soit son tout premier tournoi de la saison sur le PGA Tour 2014. Il est temps de repartir à l’attaque à ce niveau, alors que la plupart des joueurs de ce circuit ont déjà disputé cinq ou six tournois !

La saison s’annonce en effet particulièrement disputée, à tous les niveaux. Avec, en point d’orgue, une sélection pour la Ryder Cup 2014, rencontre bisannuelle opposant les Etats-Unis à l’Europe qui aura lieu du 26 au 28 septembre à Gleneagles, en Ecosse. L’Europe tentera d’y conserver le Trophée, comme elle l’avait réalisé en 2012 lors du mémorable "miracle de Medinah".

Tiger et Phil, chefs de file américains

Les Américains sont cependant bien décidés à prendre leur revanche après cette cruelle désillusion. Vainqueurs pour la cinquième fois d’affilée de la Presidents Cup contre l’équipe du "Reste du monde" en octobre dernier, ils semblent en tout cas remis sur les rails. Le capitaine Tom Watson ne disposera plus que de trois "wild cards", tandis que neuf joueurs seront sélectionnés via un système de ranking faisant la part belle aux résultats dans les "majors". En tout état de cause, on devrait retrouver dans l’équipe US Tiger Woods, Phil Mickelson, Zach et Dustin Johnson, Matt Kuchar, Steve Stricker, Jason Dufner et Brandt Snedeker (tous dans le Top 20 mondial actuel), les dernières places se jouant entre Webb Simpson, Jim Furyk, Keegan Bradley, Bubba Watson, Bill Haas, Nick Watney, Ryan Moore, Hunter Mahan et l’étonnant "rookie of the year" Jordan Spieth.

Joueurs européens incontournables

Du côté européen, la "course à la Ryder Cup" s’annonce également très chaude. Le capitaine Paul McGinley disposant de trois "wild cards" (contre seulement deux à son prédécesseur José Maria Olazabal), tout dépendra en fait des résultats de ses joueurs "incontournables" - même si, c’est bien connu, personne n’est irremplaçable.

Outre le Suédois Henrik Stenson (déjà quasiment qualifié mathématiquement, vu ses performances lors des quatre derniers mois), McGinley ne se passera ainsi certainement pas des services des Anglais Ian Poulter, Justin Rose, Luke Donald et Lee Westwood, de l’Espagnol Sergio Garcia et des Nord-Irlandais Rory McIlroy et Graeme McDowell, offrant si besoin une wild card à ces fers de lance de l’équipe.

Dans cet ordre d’idées, il ne reste dès lors que quatre places disponibles. Le Danois Thomas Björn et le Français Victor Dubuisson, qui ont déjà engrangé de nombreux points grâce à leurs succès en fin de saison dernière, sont bien placés pour intégrer le "team".

Les deux dernières places devraient dès lors se jouer entre une dizaine de joueurs européens, en fonction de leurs résultats d’ici fin août : Jamie Donaldson, Gonzalo Fernandez-Castano, Miguel A. Jimenez, Joost Luiten, Matteo Manassero, Francesco Molinari, Martin Kaymer, Peter Hanson, Jonas Blixt et… Nicolas Colsaerts.

Le n°1 belge devra remporter, au minimum, un tournoi d’ici le mois d’août sur le PGA Tour et réaliser d’excellentes prestations lors des Majors et des tournois WGC (avec l’un ou l’autre Top 10 à la clé) pour espérer parvenir à ses fins. A l’entame de la saison 2012, il naviguait autour de la 70e place mondiale (comme c’est le cas actuellement) avant de pointer à la 35e place au World Ranking neuf mois plus tard. A lui de rééditer cette ascension !Hugues Feron