Golf: Rory McIlroy face à l’armada américaine

Le Nord-Irlandais fait figure de favori à l’Accenture Match Play disputé en Arizona.

Hugues Feron
MARANA, AZ - FEBRUARY 17: Rory McIlroy of Northern Ireland plays a shot during practice prior to the start of the World Golf Championships - Accenture Match Play at the Golf Club at Dove Mountain on February 17, 2014 in Marana, Arizona. Stuart Franklin/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
MARANA, AZ - FEBRUARY 17: Rory McIlroy of Northern Ireland plays a shot during practice prior to the start of the World Golf Championships - Accenture Match Play at the Golf Club at Dove Mountain on February 17, 2014 in Marana, Arizona. Stuart Franklin/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY == ©AFP

L’Accenture Match Play, 0épreuve WGC dotée de 9 000 000$ (dont 1500000$ au vainqueur) débute ce mercredi sur le parcours de Dove Mountain, sis à Marana, dans les hauteurs du désert de l’Arizona.

Rory McIlroy, en grande forme depuis le début de la saison, y fait figure de favori. Retombé à la 7e place mondiale suite à une saison 2013 en demi-teinte, le Nord-Irlandais bénéficie en tout cas cette semaine des forfaits conjugués de Tiger Woods, d’Adam Scott et de Phil Mickelson. Soit trois joueurs du Top 4 mondial actuel qui n’apprécient guère la formule de jeu du match play, et ce depuis de nombreuses années. Woods, triple vainqueur de "l’Accenture" ne s’y est en effet plus imposé depuis 2008, et n’a plus dépassé depuis lors le stade du 2e tour.

McIlroy ne s’est quant à lui jamais imposé à Dove Mountain, mais a déjà atteint la finale il y a deux ans, où il fut battu par l’Américain Hunter Mahan, grand spécialiste de la discipline. S’il a été battu dès le 1er tour l’an dernier par son compatriote Shane Lowry, le Nord-Irlandais ne devrait pas connaître ce genre de mésaventure cette année en affrontant d’entrée l’Américain Boo Weekley, de retour de blessure (genou). Mais ce la va se corser sérieusement dans les tours suivants, McIlroy se retrouvant dans une partie de tableau ("Ben Hogan Bracket") très relevée, avec notamment Lee Westwood, Harris English et Jimmy Walker (deux Américains très en vue en ce début de saison sur le PGA Tour), Charl Schwartzel, Sergio Garcia et Ian Poulter, ce dernier ayant remporté le tournoi en 2010.

Marquer des points en vue de la Ryder cup

A vrai dire, les jeux sont particulièrement ouverts en cette année de Ryder Cup, alors que de nombreux joueurs seront désireux de prouver à leur capitaine respectif (Tom Watson côté US, Paul McGinley côté européen) qu’ils méritent d’être sélectionnés. Au niveau américain, la lutte fait actuellement rage entre une vingtaine de joueurs, parmi lesquels nous pointerons pour la victoire ce dimanche Matt Kuchar (vainqueur l’an dernier, mais très discret depuis le début de la saison), Hunter Mahan (vainqueur en 2012), Bubba Watson (vainqueur dimanche au Northern Trust Open), Dustin Johnson (un titre et deuxième à deux reprises depuis début janvier), Zach Johnson et l’étonnant "rookie of The Year" Jordan Spieth.

Chez les Européens, excepté McIlroy et le duo Poulter-Garcia (qui pourrait s’affonter dès le 3e tour), les chances de victoire seront moindres cette année. Henrik Stenson a en effet du mal à retrouver sa forme de fin de la saison dernière. Luke Donald, Graeme McDowell, Francesco Molinari et Martin Kaymer auront cependant à coeur de prouver qu’ils restent des piliers de l’équipe européenne de Ryder Cup, alors que Victor Dubuisson et Joost Luiten pointent le bout de leur driver à l’horizon, avec une première participation à ce tournoi WGC.Hugues Feron