L’American dream de Thomas Detry

Le jeune champion bruxellois va disputer, la semaine prochaine, son premier tournoi du Grand Chelem lors de l’US Open.

L’American dream de Thomas Detry

Pour lui, c’est un rêve de gosse qui se réalise. Jeudi prochain, Thomas Detry participera à son premier tournoi du Grand Chelem à l’occasion de l’US Open. L’épreuve se jouera sur le parcours du Winged Foot GC, près de New York, en présence des meilleurs joueurs du monde, dont Tiger Woods. "J’en ai déjà des frissons", confie le jeune champion bruxellois âgé de 27 ans.

"Tom" - comme le surnomment ses amis - a découvert les joies du swing dès l’âge de trois ans. "Je lui avais acheté des clubs en plastique et des balles en mousse. Et, dans le jardin de sa grand-mère, il passait déjà des heures à s’entraîner !", se souvient Armand, son papa.

Formé au Golf de 7 Fontaines, à Braine-l’Alleud, l’apprenti champion pose ensuite son sac au Ravenstein, où il brûle les étapes au soleil de son talent. "Il remportait la plupart des tournois de sa catégorie en Belgique mais aussi à l’étranger. Il a été sélectionné au sein de l’équipe junior de Ryder Cup et a disputé le prestigieux Trophée Jacques Léglise. À 16 ans, grâce à son succès aux Internationaux juniors de Pays-Bas, il a même reçu une invitation pour participer au KLM Open, tournoi pro de l’European Tour. Il était dans la même partie que Danny Willett, futur vainqueur du Masters !"

Son destin était tracé. Après ses Humanités au Collège Saint-Jean-Berchmans et à la Topsportschool de Hasselt, Thomas décide - grâce à une bourse - de poursuivre sa formation aux États-Unis en combinant études et golf à l’Université de l’Illinois, où il rejoint un certain Thomas Pieters. Aux States, la pépite du swing belge prend une nouvelle dimension. Rapidement intégré aux us et coutumes made in USA, il progresse sous la férule de Mike Small, l’un des entraîneurs les plus réputés de la place. Son jeu se transforme. Il apprend la rigueur, la discipline, l’organisation. Lever à 5 heures du matin, agenda de forçat : il bosse comme un fou, sur les bancs de l’Univ comme sur les greens.

Son diplôme de Bachelor in Science of Management and Entrepreneurship en poche, il est mûr pour le grand saut. Les yeux teintés d’étincelles magiques, il devient professionnel en juin 2016 et dispute son premier tournoi lors du KPMG Trophy de Cleydael. Depuis, il n’a cessé de grimper dans la hiérarchie, à son rythme. Parachuté sur l’European Tour dès la fin 2016, il pointe désormais dans le Top 75 mondial. "Et il possède encore une très belle marge de progression. C’est un joueur talentueux, complet, travailleur, intelligent. Il intègre très rapidement le plus petit conseil", résume son coach Jérôme Theunis.

Quadrilingue parfait (il parle couramment le français, le néerlandais, l’anglais et l’espagnol), bien dans sa peau et bien dans son swing, Thomas Detry, est clairement lancé sur les rails d’une grande carrière. Le jeune homme ne manque d’ailleurs pas d’ambition. "J’espère disputer un jour la Ryder Cup et remporter un tournoi du Grand Chelem…", confie-t-il.

Dès jeudi, pour sa pendaison de crémaillère à l’US Open, Thomas Detry franchira une nouvelle étape et entrera dans une nouvelle dimension.