Premier WGC pour Thomas Detry : encore un palier dans sa carrière

Le champion bruxellois parmi l'élite mondiale sur le parcours "The Concession" en Floride.

Premier WGC pour Thomas Detry : encore un palier dans sa carrière
©European Tour

Thomas Detry continue à gravir les marches du grand escalier du golf mondial. L’an passé, il avait intégré le Top 100 mondial et avait disputé son premier Grand Chelem lors de l’US Open. Dès ce jeudi, il participera, pour la première fois, à un tournoi WGC (World Golf Championship). Un vrai must (10,5 millions de dollars de dotation) réservé aux meilleurs joueurs de la planète. « C’est une étape importante dans ma carrière. Et, surtout, une belle occasion de marquer beaucoup de points au classement mondial » confie le champion bruxellois qui a fêté, le mois dernier, ses 28 ans.

C’est grâce à son Top 20 au classement final de la Race to Dubaï 2020 que Detry a obtenu sa qualification pour ce WGC qui se dispute sur le parcours « The Concession » (par 72 de 6700m) à Bradenton (Floride). L’affiche du tournoi est juste exceptionnelle avec la présence de l’intégralité du Top 15 mondial ! « J’adore ce genre de défi. C’est pour cela que je joue au golf » sourit Thomas qui partagera ses deux premiers tours avec l’Américain Jason Kokrak et le Danois Rasmus Hojgaard.

De son propre aveu, son début de saison dans le Golfe Persique (Abu Dhabi, Dubaï, Arabie Saoudite) n’a pas été à la hauteur de ses espérances. Le décès de sa chère grand-mère en début d’année l’a clairement perturbé. Et puis, il y eut cette fameuse défaillance lors de l’Omega Desert Classic de Dubaï. Au sommet de son art et en tête après deux tours, il craqua mystérieusement après un double bogey sur le trou n°8 lors du troisième tour. « Je n’ai pas de véritable explication. Mais il est clair que j’ai subitement perdu mes sensations. C’est frustrant. Mais c’est le golf. »

Pour mieux gérer ces moments de pression, pour mieux maîtriser ses émotions et pour éviter ce genre de trou noir, il travaille désormais avec un spécialiste de sophrologie. Il sait que ses supporters attendent avec impatience sa première victoire dans un tournoi de l’European Tour. Lui aussi, d’ailleurs. « Mais, en golf, il faut savoir faire preuve de patience. Les gens n’imaginent pas à quel point tout se joue parfois sur des détails. Au début de sa carrière, Justin Rose avait aussi mis du temps avant de gagner un trophée. Je crois que mon premier titre servira de déclic pour franchir de nouveaux paliers… »

Sous ses allures de champion discret, Thomas Detry a de l’ambition plein le swing. Il se verrait bien, à terme, évoluer sur le PGA Tour américain. Après ce WGC de Floride, il espère d’ailleurs recevoir une wild card pour le Honda Classic de Palm Beach (18 mars) et se qualifier pour le WCC Match Play d’Austin (24 mars), deux tournois du circuit US qui pourraient lui servir de préparation à l’USPGA de Kiawah Island.