US Open : Thomas Detry ne passe pas le cut, deux outsiders en tête

Le Bruxellois a connu un deuxième tour compliqué et échoue à un coup de la qualification pour le troisième tour

placeholder
© AFP
AFP avec Miguel Tasso

Auteur d’un excellent premier tour (carte de 71), Thomas Detry n’a pas conservé le même rythme lors du second, où il a signé un score de 76. Avec un total +5, il échoue donc à un petit coup du cut de cet US Open qui se dispute sur le parcours californien de Torrey Pines (par 71).

C’est forcément une déception pour le joueur bruxellois qui espérait terminer le tournoi dans le Top 20. Alors qu’il avait bien maîtrisé, jeudi, le parcours de San Diego, il a commis bien plus d’erreurs ce vendredi, concédant six bogeys et un double bogey pour seulement trois birdies.

Après deux tours, on retrouve un duo inattendu en tête avec l'Américain Russell Henley, 63e mondial, et l'Anglais Richard Bland, 48 ans et 115e mondial, Déjà premier la veille, aux côtés du Sud-Africain Louis Oosthuizen, Henley n'a plus remporté de titre PGA depuis l'Open de Houston en 2017 et n'a jamais réussi à se classer dans le top 10 d'un tournoi du Grand Chelem ! "Je me sens bien dans mon jeu. Mais je n'ai jamais été dans cette position avant dans un Majeur. J'ai juste l'impression que je vais apprendre quelque chose, quoi qu'il arrive", a-t-il déclaré.

L’histoire de Richard Bland est encore plus improbable. Sans faire de bruit, celui qui a remporté le mois dernier son premier tournoi du circuit... européen, le Betfred British Masters, en 25 ans de carrière professionnelle, a rendu la meilleure carte du jour (67), grâce à sept birdies contre trois bogeys. "Je me sens plutôt bien dans mon jeu. Mon drive est efficace depuis quelques semaines déjà, ce qui est la pierre angulaire si vous voulez être compétitif pour un US Open", a commenté Bland, qui pourrait devenir dimanche le plus vieux vainqueur de l'histoire de ce Majeur, devant l'Américain Hale Irwin qui avait 45 ans lorsqu'il s'est imposé en 1990. "J'ai un vol de retour (en Europe) prévu dimanche soir. Je dois jouer à Munich la semaine prochaine. Mais je vais en prendre un autre et rentrer plus tard", a-t-il ajouté en souriant.

Ceci dit, le plus dur ne fait que commencer pour le duo improbable qu'il forme avec Henley. Ils totalisent chacun -5, et devancent d'un coup Louis Oosthuizen qui a rendu une carte neutre (71, -4), ainsi que l'Américain Matthew Wolff.

Et il y a deux solides clients en embuscade à la 5e place, puisque l'Espagnol Jon Rahm et l'Américain Bubba Watson pointent à deux longueurs (-3). Ce dernier, double lauréat du Masters (2012, 2014) a aussi rendu une carte de 67 comme Bland, pour faire un bond de 36 places au classement.

"Je me sens en totale confiance, j'ai eu de bonnes sensations", s'est félicité Rahm, absolument pas affecté physiquement une dizaine de jours après avoir contracté le Covid-19.

Parmi les favoris, le tenant du titre, Bryson DeChambeau, a bien réagi après un tour inaugural délicat (+2), en finissant cette fois à -2, pour rester dans le par. "Si je peux être un peu plus à l'aise avec mes fers et mes drivers, j'aurai une bonne chance ce week-end", a-t-il prévenu.

A la 14e place, à cinq coups de la tête, figurent également Collin Morikawa, Justin Thomas, et Brooks Koepka. La journée fut difficile pour le N.1 mondial Dustin Johnson, qui a fini à +2, pour le Japonais Hideki Matsuyama lauréat du dernier Masters (+3). A la dérive jeudi, Phil Mickeslon a réussi à passer le cut avec un total de +3.

Parmi les éliminés de marque, citons Justin Rose, Viktor Hovland, Matt Wallace, Victor Perez et Tyrrell Hatton.