Le "japanese dream" des deux Thomas

Detry et Pieters aborde le tournoi olympique avec de grandes ambitions

Thomas Pieters.
© BELGA

Thomas Detry et Thomas Pieters peuvent-ils offrir une médaille à la Belgique lors du tournoi de golf qui débute ce jeudi sur le parcours du Kasumigaseki GC? L’hypothèse n’est pas improbable. Avec seulement 60 joueurs au départ (en général deux par pays), les duettistes belges figurent parmi les vrais outsiders. D’autant que de nombreux cadors du swing mondial ont renoncé au voyage. Aux forfaits volontaires de Dustin Johnson, Louis Oosthuinzen, Lee Westwood, Adam Scott ou Sergio Garcia se sont ajoutés ceux du n° 1 mondial Jon Rahm et de Bryson DeChambeau, récemment contrôles positifs au Covid. Certes, avec Collin Morikawa (lauréat du British Open), Justin Thomas ou Hideki Matsuyama (dernier vainqueur du Masters d’Augusta et héros local) en têtes de liste, le plateau reste de premier ordre. Mais on se dit que nos deux Thomas, ultra-motivés, pourraient brouiller les cartes!

Ils ont, en tout cas, débarqué à Tokyo avec de l’ambition plein le swing. Pour eux les Jeux sont un rêve de gosse. En 2018 à Rio, Pieters avait terminé à la quatrième place.  “C’était décevant et frustrant mais j’avais vécu l’une des plus belles semaines de ma vie” se souvient-il. Detry participe également avec des étoiles plein les yeux à son premier rendez-vous olympique. “Depuis tout gamin je suis les Jeux à la télé. L’athlé, le basket, la natation. Je suis un vrai mordu. Et c’est évidemment magique de me retrouver au cœur de cet événement. Je savoure chaque instant.…

Les deux joueurs savent qu’ils ont un bon coup à jouer d’ici dimanche (4 tours de 18 trous en stroke play). Detry a récemment terminé deuxième de l’Open d’Écosse. Il respire la forme. Et Pieters est toujours capable de se transcender dans les grandes occasions. Sous le regard de Jérôme Theunis, leur coach, le Bruxellois et l’Anversois ont parfaitement préparé l’épreuve, notamment lors de la reconnaissance du parcours. “On va se battre comme lorsque nous avions remporté la Coupe du Monde par équipes à Melbourne” clament-ils à l’unisson.

Le golf a fait son retour dans le programme olympique en 2018 après 114 ans d’absence. Malgré un podium remarquable (Rose, Stenson, Kuchar) il n’avait pas pleinement trouvé ses marques à Rio. À Tokyo, la discipline suscite un grand engouement et pourrait définitivement crever l’écran. Et en Belgique, où le golf n’a jamais été aussi populaire (plus de 70 000 licenciés), un exploit de nos champions tomberait aussi à point nommé !