Jérôme Theunis décrypte la victoire de Thomas Pieters

Le coach revient sur les deux dernières saisons très particulières du champion anversois

Le putt de la victoire pour Thomas Pieters au Portugal.
Le putt de la victoire pour Thomas Pieters au Portugal. ©European Tour

Pour Jérôme Theunis, son coach, la victoire de Thomas Pieters au Portugal Masters n’est pas une surprise. “Voilà deux mois qu’il bosse à nouveau très bien à l’entraînement. Il avait réussi deux bons Top 10 à Wentworth et au KLM Open. Son swing était bien en place. Et lorsqu’il est en confiance, il est toujours l’un des meilleurs joueurs du monde !”

Le dernier succès de l’Anversois sur l’European Tour datait de 2019. Et de nombreux observateurs s’inquiétaient de cette disette au niveau des résultats. “Pour Thomas, les deux dernières années ont été très particulières. D’abord, il est devenu papa. Et tout le monde sait qu’il s’agit d’un moment important dans la vie d’un homme. Durant tout un temps, il a logiquement privilégié sa famille. Par ailleurs, il s’est fracturé la main l’hiver dernier, ce qui a perturbé toute sa préparation d’avant-saison. Et puis, la crise sanitaire n’a rien arrangé au niveau de son mental…”

De son propre aveu, Thomas Pieters ne s’est effectivement pas toujours entraîné avec la rigueur nécessaire pour un athlète de haut niveau. “Après chaque tournoi, sur base de ses statistiques, je lui préparais un plan de travail sur certains secteurs clés de son jeu. Il m’a avoué ne pas toujours avoir fait ses devoirs ! Là, il est de nouveau dans une dynamique très structurée. Il y a eu un déclic lorsqu’il s’est retrouvé dos au mur. Et comme il a du talent plein le swing, les résultats suivent. Et ce n’est pas fini !”

Tout indique que son sacre de Vilamoura – le cinquième de sa carrière sur l’European Tour – va en effet donner des ailes au champion belge et relancer complètement une carrière endormie. “Il n’a que 29 ans et c’est un compétiteur pur et dur. Il a prouvé, en terminant notamment quatrième d’un Masters et en participant à la Ryder Cup en 2016, qu’il pouvait prétendre au plus grand destin. Je sais que certains ont ironisé lorsqu’il a dit que son objectif était de devenir numéro 1 mondial. Personnellement, je trouve fantastique d’afficher ce genre d’ambition. C’est la preuve qu’il a un tempérament de vrai winner !”

Grâce à son titre au Portugal, T.P. se retrouve à la 74e place du ranking mondial et à la 29e position de la “Race to Dubaï” (le classement européen annuel). En golf, tout peut aller très vite dans les deux sens. “S’il se hisse dans le top 50 mondial, il aura de nouveau accès à tous les grands tournois mondiaux. Je pense toujours d’ailleurs qu’il évoluera, à terme, sur le PGA tour américain.”

En attendant, son prochain objectif est le DP World Championship, bouquet final de la saison européenne qui aura lieu la semaine prochaine à Dubaï. Dans sa forme du moment, sur le parcours de Jumeirah qu’il apprécie tant, il aura clairement un beau coup à jouer !