Abu Dhabi, première escale pour faire le plein de confiance

Thomas Pieters, Thomas Detry et Nicolas Colsaerts débutent l'année aux Emirats avec de grandes amùbitions

Thomas Pieters apprécie le parcours d'Abu Dhabi.
Thomas Pieters apprécie le parcours d'Abu Dhabi. ©European Tour

La saison européenne reprend, ce jeudi, à l’occasion de l’Abu Dhabi Championship, l’un des tournois les plus importants de l’année avec ses 8 millions de dollars de prize money. Désormais rebaptisé DP World Tour (du nom du sponsor dubaïote), le circuit européen n’a jamais bénéficié d’un calendrier aussi riche. D’ici le mois de novembre et sous réserve des conditions sanitaires, ce sont 44 tournois qui sont au programme avec une dotation minimale de 2 millions de dollars. Rappelons, au passage, qu’une escale belge est prévue, du 12 au 15 mai, à l’occasion du Soudal Open qui se disputera sur le parcours anversois de Rinkven. Rappelons aussi que, grâce aux synergies mises en place avec le PGA Tour américain, les joueurs du circuit européen auront l’occasion de disputer, en juillet, deux tournois aux États-Unis. Dans le même temps, les ténors du swing US auront, en guise de réciprocité, des places réservées lors de l’Open d’Écosse.

La pendaison de crémaillère d’Abu Dhabi propose une affiche très relevée avec les présences confirmées de la plupart des meilleurs joueurs du Vieux Continent, à l’exception de l’Espagnol Jon Rahm qui privilégie le PGA Tour. Tenant du titre, l’Anglais Tyrell Hatton devra donc sortir le grand jeu pour conserver son sacre face à Rory McIlroy, Viktor Hovland, Lee Westwood, Tommy Fleetwood, Shane Lowry, Ian Poulter, Robert Macintyre, Bernd Wiesberger ou Danny Willett. Même l’Américain Collin Morikawa, n° 2 mondial et lauréat de la Race to Dubaï l’an passé, est de la fête !

Côté belge, nos trois Mousquetaires des greens sont aussi dans les starting-blocks. Désormais installé à Dubaï, Thomas Detry a de l’ambition plein le swing à l’aube de cette nouvelle saison. Le champion bruxellois a profité de l’hiver pour soigner sa préparation physique sous le soleil. Ses objectifs sont clairs : remporter son premier tournoi sur le Tour, participer à un maximum de Grands Chelems (il a déjà sa place pour le British Open à St. Andrews) et entrer dans le Top 50 mondial (sésame pour tous les grands tournois). Nul doute que sa future paternité – prévue pour le mois d’avril – va lui donner des ailes !

Relancé par une belle fin de saison en 2021 (avec un succès au Portugal Masters), Thomas Pieters nourrit aussi de grandes ambitions. Certes, sa préparation vient d’être légèrement freinée par une quarantaine sanitaire mais il a néanmoins débarqué aux Émirats avec l’envie de frapper un grand coup. Le parcours Yas Link, théâtre du tournoi d’Abu Dhabi, est l’un de ses préférés. Il y a déjà signé plusieurs places d’honneur. Nul doute qu’une performance cette semaine lui permettra d’aborder avec sérénité le nouvel exercice. Et on sait combien l’Anversois est capable de tous les exploits lorsqu’il évolue en confiance.

Le cas de Nicolas Colsaerts est un peu différent. Affaibli ces dernières semaines par une maladie rénale, le Bruxellois de 39 ans n’aborde pas 2 022 dans les meilleures conditions. Mais on sait que c’est dos au mur qu’il a toujours signé ses plus belles prestations.

Sur le même sujet