Masters : Thomas Pieters a bu le calice jusqu'à la lie

Avec un total de +15 après deux tours, l'Anversois a sombré à Augusta.

M.T.
Masters : Thomas Pieters a bu le calice jusqu'à la lie
©AFP

Avec deux mauvaises cartes de 79 et 80, pour un total de +15, Thomas Pieters a quitté, tête basse, l’Augusta National (par 72), théâtre de la 82e édition du Masters. Le joueur anversois avait débarqué en Géorgie avec le secret espoir de rééditer son exploit de 2017 où il avait terminé à la quatrième place. Malheureusement, sur ce diabolique parcours, rien ne s’est passé comme prévu.

Vendredi, lors du premier tour, le protégé de Jérôme Theunis avait, d’entrée, concédé deux bogeys sur ses deux premiers trous. Un départ catastrophique dont il n’allait jamais se remettre. Augusta est un parcours qui ne pardonne rien et où il faut faire preuve de patience et de sagesse. Trop pressé, sans doute, de remonter la pente, Pieters a peu à peu sombré. Des drives hésitants, des approches moyennes et un putting défaillant : il a bu le calice jusqu’à la lie.

Il espérait se refaire une santé ce vendredi. Un birdie sur le trou 2 lui fit esquisser un sourire. Mais il retomba vite dans ses travers. Dur, dur. Sur le trou 13, un par 5 où l’on peut toucher le green en deux coups, il catapulta sa balle hors limite. La messe était dite.

Après son sacre à Abu Dhabi qui l’avait fait entrer dans le top 50 mondial, TP ambitionnait de poursuivre sur sa lancée. Sa décevante tournée aux États-Unis (Los Angeles, Orlando, Sawgrass, Austin et Augusta) lui rappelle qu’en golf rien n’est jamais acquis. Il va, à présent, se concentrer sur la saison européenne et sera, bien sûr, la grande attraction du Soudal Open de Rinkven du 12 au 15 mai.