Le parcours d'Augusta National est sans pitié

Les Américains Jordan Spieth, Brooks Koepka, Xander Schauffele et Bryson DeChambeau n'ont pas passé le cut

M.T.
Bryson Dechambeau ne parvient pas à décrypyter le parcours du Masters.
Bryson Dechambeau ne parvient pas à décrypyter le parcours du Masters. ©AFP

Le parcours d’Augusta National est décidément impitoyable. Cette année encore, il a dicté sa loi. En général, sur la plupart des grands tournois professionnels, le cut du deuxième tour est établi largement en territoire négatif. Pour cette édition du Masters, il a été fixé à 4 au-dessus du par ! Voilà qui en dit long sur la difficulté de ce “championship course” diabolique où tous les excès de zèle sont aussitôt sanctionnés. Thomas Pieters (dont nous avons déjà conté les malheurs) n’est d’ailleurs pas le seul gros bras à avoir trébuché prématurément sur les greens géorgiens. Les Américains Jordan Spieth Brooks Koepka, Xander Schauffele et Bryson DeChambleau – tous membres éminents de l’équipe US de Ryder Cup – ont également été priés de quitter les lieux dès le vendredi soir. À l’heure où les grands frappeurs envoient des drives à plus de 300 mètres, il est quelque part rassurant de voir qu’un parcours à l’ancienne parvient ainsi à résister grâce à un dessin magique (doglegs, ondulations naturelles des fairways, greens rapides,…) qui oblige les champions à faire preuve de patience, de sagesse et de stratégie.