Soudal Open : Thomas Pieters, seul joueur belge à passer le cut

Thomas Detry et Nicolas Colsaerts sont éliminés. Et c'est un jeune Ukrainien de 14 ans qui tient la vedette!

Soudal Open : Thomas Pieters, seul joueur belge à passer le cut
©BELGA

Le couperet est tombé et, parmi le contingent de joueurs belges, seul Thomas Pieters a réussi à passer le cut du Soudal Open (DP World Tour) qui se dispute sur le parcours du Rinkven International (par 71), près d’Anvers.

En rentrant, ce vendredi, une carte de 70 (un bogey, deux birdies), le champion anversois a rempli sa mission. Avec un total de 3 sous le par après 36 trous, il se situe en position d’attente idéale à seulement cinq coups de l’Allemand Matti Schmid et des Anglais Sam Horsfield et Dale Whitnell, actuels leaders.

Même s’il a déjà un coin de sa tête aux États-Unis, où il disputera la semaine prochaine le PGA Championship à Tulsa, Pieters aura, ce week-end, un beau coup à jouer. Et on imagine combien il serait heureux de s’adjuger son septième trophée sur le circuit européen devant ses supporters, à dix minutes de sa résidence familiale !

Thomas Detry aurait aussi aimé lutter pour ce titre “made in Belgium”. Malheureusement, le Bruxellois de 29 ans, jeune papa depuis trois semaines, n’a jamais trouvé ses marques. A priori, le parcours de Rinkven, très technique et stratégique, convenait pourtant bien à son de jeu de métronome. Mais on a vite compris que l’artiste du Ravenstein n’était pas dans une bonne semaine. Après son score dans le par de la veille, il a rendu une mauvaise carte de 74 ce vendredi avec la bagatelle de six bogeys. Dur, dur.

De coutume si régulier, Detry traverse clairement une mauvaise passe depuis le début de l’année avec un seul Top 10 en 9 tournois. Retombé au-delà du Top 100 mondial, il a clairement besoin d’un déclic pour repartir vers les sommets. Ses prochains tournois seront décisifs pour sa saison.

L’élimination de Nicolas Colsaerts était, elle, bien plus prévisible. Fragilisé par les séquelles de sa maladie rénale, le Bruxellois manquait de compétition pour se mêler réellement à la lutte. Il s’est battu avec passion et a souvent enthousiasmé le public grâce à des coups spectaculaires. A l’évidence, il n’a rien perdu de son fabuleux talent. Mais, ce vendredi, la fatigue mentale l’a rattrapé sur les trous du retour avec notamment deux double bogeys (13 et 14). Dans les prochaines semaines, Nico va continuer à s’entraîner tout en suivant ses traitements à la clinique spécialisée Aviv, à Dubaï. Il prendra une décision sur la suite de sa saison – et une éventuelle demande d’exemption médicale – au début de l’été.

Parmi les autres joueurs belges présents à Anvers, signalons les bonnes performances de Guillaume Watremez (+3), De Yente Van Doren (+3), de Alan De Bondt (+4) et de Charles Roeland (+4). Le joueur du Royal Waterloo, 20 ans, n'a pu rééditer sa superbe carte de 69 de jeudi lors du deuxième tour. Mais cette expérience dans un tournoi professionnel de très haut niveau lui servira clairement pour la suite de sa carrière.

Ceci dit, la belle histoire de ce début de tournoi est à mettre au crédit du jeune amateur ukrainien Lev Grinberg, âgé de 14 ans à peine. Installé en Belgique depuis plusieurs années avec sa famille, le natif de Kiev participe à ce Soudal Open grâce à une wild card de l’organisation. Et le voilà carrément parachuté en haut de l’affiche avec un total de -3. Certes, membre à Rinkven, il connaît le parcours comme sa poche mais cela n’enlève rien à son exploit qui, dans le contexte géopolitique actuel, dégage évidemment un parfum très particulier.