PGA Championship : Zalatoris en tête, Woods et Pieters passent le cut

PGA Championship : Zalatoris en tête, Woods et Pieters passent le cut
©AFP

L'Américain Will Zalatoris, profitant d'un vent retombé, a pris les commandes du Championnat PGA, après un deuxième tour fatal au N.1 mondial Scottie Scheffler, éliminé, mais pas à Tiger Woods, parvenu à passer le cut malgré sa jambe douloureuse, vendredi à Tulsa (Oklahoma).

C'est un leader inattendu qui mène la danse à Southern Hills, à mi-tournoi, au terme d'une deuxième journée assez riche en rebondissements, durant laquelle le N.9 mondial Justin Thomas a longtemps tenu les rênes du classement, avant de devoir se contenter de la 3e place, à trois coups du leader.

Zalatoris, 25 ans et 30e mondial, en quête d'un deuxième titre sur le circuit nord-américain, n'a commis aucun bogey et a placé cinq birdies, dont trois d'affilée aux N.11, N.12 et N.13, pour totaliser -9.

"J'ai eu de la chance de partir tard. Il n'y avait plus de vent après le 11e trou. J'en ai tiré profit avec quelques bons coups", a commenté celui qui avait fini 2e du Masters d'Augusta l'an passé.

A ses trousses, à un coup, se trouve un Chilien, Guillermo "Mito" Pereira, quasi-inconnu du loin de sa 100e place au classement mondial. Pour sa deuxième participation à un Majeur, le joueur de 27 ans, a réussi sept birdies, à peine ombragés par un bogey.

Justin Thomas suit donc en troisième position, après avoir livré une partition solide, quand Eole se faisait assez violent avec des pointes à 65 km/h. Il a réussi quatre birdies et n'a commis qu'un bogey, pour totaliser -6.

"Les conditions étaient très difficiles. Je suis resté très patient, j'ai essayé de rester dans ma bulle et d'exécuter chaque coup du mieux que je pouvais. J'ai l'impression d'avoir fait du bon boulot", s'est satisfait le vainqueur de l'épreuve en 2017.

Au 4e rang, à quatre longueurs de Zalatoris, se trouve Bubba Watson, auteur de la meilleure carte du jour (63) et d'un bond spectaculaire de 52 places.

L'Américain devance Rory McIlroy, leader la veille, moins en verve sur ce deuxième tour, mais qui a su limiter la casse après deux bogeys dans le premier neuf, à moitié effacés par un birdie ensuite.

A cinq coups du leader, lui aussi peut encore prétendre à la victoire, qui serait la première du Nord-Irlandais dans un Majeur depuis 2014.

Tiger Woods s'est lui accroché à son objectif de passer le cut, fixé à +4. Or c'était précisément son total au terme d'une première journée difficile, durant laquelle il avait souffert de sa jambe droite, passée près de l'amputation il y a quinze mois après son accident de voiture survenu près de Los Angeles.

Si les multiples fractures ouvertes ont nécessité de lui insérer une tige métallique dans le tibia, et des vis pour consolider les os du pied et de la cheville, son mental, lui, reste d'acier.

Entrevoyant l'élimination, après un double bogey au N.11 qui l'a fait passer à +5, le Tigre, encore vu en train de traîner la patte, a rugi avec deux birdies aux N.13 et N.16 pour se sortir de l'ornière.

"J'ai dû me battre pour revenir. Vous ne pouvez pas gagner le tournoi si vous ratez le cut. Il y a donc une raison pour laquelle vous vous battez dur, c'est pour vous donner une chance le week-end. On ne sait jamais quand on peut avoir un coup de chaud", a commenté Woods.

Le voilà à la 53e place, à 12 longueurs de la tête. Ses espoirs de 16e titre du Grand Chelem sont infimes, mais sa résistance et sa persévérance, déjà entrevues il y a cinq semaines au Masters d'Augusta où il a fini 47e pour son grand retour sur les greens, forcent le respect.

De son côté, Thomas Pieters a également passé le cut après avoir signé une deuxième carte de 73 pour un total de +2 après 36 trous. L'Anversois a concédé, ce vendredi, cinq bogeys pour seulement deux birdies. Il partagera ce samedi sa partie avec l'Italien Francesco Molinari.

D'autres cadors n'ont pas survécu à ce deuxième tour.

Le N.1 mondial Scottie Scheffler, tout frais vainqueur du Masters d'Augusta, n'a pas passé le cut, plombé par un total de +6. Même score et même sanction pour Dustin Johnson et l'Espagnol Sergio Garcia.

Collin Morikawa, vainqueur du tournoi en 2020, reste lui en course (+4) de justesse, tout comme le Japonais Hideki Matsuayma.