The Open : McIlroy donne le tempo, Tiger craque

Première journée dans le vent sur le Old Course de St.Andrews

The Open : McIlroy donne le tempo, Tiger craque
©AFP

Et si c’était l’année de Rory McIlroy ? Profitant intelligemment des conditions clémentes du matin – pas de vent et des greens très réguliers – le Nord-Irlandais a, en tout cas, affiché clairement ses ambitions lors du premier tour du British Open qui se dispute sur le Old Course (par 72) de St. Andrews. Très solide dans tous les compartiments du jeu, il a rentré une carte de 66 (-6) avec sept birdies pour un seul bogey. “Gagner l’Open à St. Andrews, c’est le Graal absolu et le rêve de tout joueur” confiait-il à la veille du tournoi. Nul doute que, huit ans après avoir soulevé sa première Claret Jug au Royal Liverpool, il fera tout pour relever le défi.

Jeudi, à l’heure des comptes, il occupait, en tout cas, la deuxième place à deux petits coups de l’Américain Cameron Young, auteur d’une carte exceptionnelle de 64, vierge de tout bogey. L’Australien Cameron Smith était également en embuscade, à 5 sous le par. En quête de son premier titre en Grand Chelem, le natif de Brisbane est très à l’aise sur les links grâce à son fabuleux petit jeu. D’ici à dimanche, il sera à surveiller comme le lait sur le feu. D’autres ténors ont bien négocié ce tour de chauffe, à l’image de Scottie Scheffler (-4), Dustin Johnson (-4), Viktor Hovland (-4), Xander Schauffele (-3) ou Bryson DeChambeau (-3).

Pour d’autres, en revanche, ce fut plus compliqué. La météo a, il est vrai, évolué au fil de la journée sur la côte écossaise. Et, au gré des marées, le vent s’est invité à la fête. Le challenge était, du coup, bien plus compliqué pour les parties de l’après-midi, d’autant que les greens, piétinés, étaient plus aléatoires et que la lenteur de jeu créait des embouteillages. Tiger Woods en fit l’amère expérience. Malgré le soutien d’une foule qui n’avait d’yeux que pour lui, l’Américain a souffert sur cet Old Course qu’il apprécie pourtant tellement. Le double bogey concédé sur le trou n° 1 était le prologue à un long calvaire avec une carte finale de 78 (+6). En plus d’être visiblement diminué physiquement par ses soucis au genou, le Tigre n’a pas retrouvé cette confiance qui faisait précisément sa force dans les grandes occasions. Il tentera, ce vendredi, de limiter la casse.

Et les Belges ? Parti sur l’heure de midi, Thomas Detry a signé une très bonne carte de 70 (-2), riche de 5 birdies pour 2 bogeys. Après plusieurs mois de doute, le Bruxellois a retrouvé une attitude positive. C’est très bon signe pour cet Open et, surtout, pour la suite de sa saison.

Thomas Pieters a souffert bien davantage. Peinant à trouver ses marques sur un links ne pardonnant pas la moindre erreur, notamment au putting, l’Anversois a concédé trois bogeys sur ses neuf premiers trous et a rentré une carte finale de 75. Il devra élever son niveau de jeu pour franchir l’écueil du cut ce vendredi où il jouera le matin. Detry, lui, jouera en soirée!