L’impressionnante victoire de Bryson DeChambeau à l’US Open suscite de nombreux commentaires sur la planète golf. Seul joueur à avoir terminé le tournoi sous le par (-6), l’Américain a fait parler son étonnante puissance physique. Malgré la difficulté du parcours de Winged Foot GC, il est toujours resté fidèle à sa stratégie : frapper le plus fort possible, quitte à se retrouver dans le rough en deuxième coup !

DeChambeau, 27 ans, n’est pas un champion comme un autre. Physicien de formation, perfectionniste jusqu’au bout des ongles, statisticien compulsif, il ne cesse de défrayer les chroniques par son approche scientifique du jeu. Il joue avec des fers de taille identique pour simplifier son swing, il ne cesse de prendre des notes sur le parcours, il analyse chaque pente avec une précision chirurgicale. Et, parallèlement, il passe des heures dans les salles de musculation pour s’offrir des biceps de bucheron. Cent huit kilos sur la balance, qui dit mieux ?

Le résultat est bluffant avec un mélange d’intelligence ordonnée et de force brutale. Sur le circuit, le Californien n’est pas le plus apprécié. Son swing violent dérange les puristes. Sa lenteur à jouer agace ses partenaires. Et ses côtés autiste et mégalo ne favorisent pas sa popularité au Club House. Et sa dernière « invention » - vivre jusqu’à…130 ans en s’appuyant sur les nouvelles technologies – le fait passer pour un demi-fou.

En attendant, DeChambeau est en passe de révolutionner le jeu de golf. A ses drives dévastateurs (plus de 320 mètres) qui lui permettent souvent de toucher les greens des par par 4 en un coup, il ajoute un excellent petit jeu et un putting très précis. Puissant, structuré, complet et doué : il renverse tout sur son passage.

Grâce à ce premier sacre dans un tournoi du Grand Chelem, l’Américain pointe désormais à la cinquième place de la hiérarchie mondiale. Et, visiblement, sa façon de jouer fait école. Matthew Wolff, son dauphin à Winged Foot, adopte la même tactique : driver le plus loin possible et bricoler ensuite en fonction de la position de la balle. Prochain défi pour DeChambeau : le Masters d’Augusta qui aura lieu, cette année, du 12 au 15 novembre. D’ores et déjà, Bryson analyse les greens géorgiens. S’il parvient à les dompter, Bobby Jones, créateur du parcours, se retournera dans sa tombe!