Brillant vainqueur de l’Arnold Palmer Invitational (PGA Tour), Bryson DeChambeau a, une nouvelle fois, fait entrer le golf dans une nouvelle dimension. On savait le champion américain de 27 ans doté d’une force de frappe défiant la raison. A ceux qui en doutaient, il l’a encore prouvé sur le célèbre parcours de Bay Hill, à Orlando.

Posons le décor. Nous sommes sur le trou n°6, un par 5 de 565 yards (plus de 500 mètres) ceinturé par un immense lac. Pour le commun des mortels, il est prévu d’atteindre le green en deux ou trois coups, en suivant sagement le fairway et en évitant l’eau par la droite. Mais, on le sait, DeChambeau ne fait rien comme les autres. S’appuyant sur sa force herculéenne, le colosse californien a donc décidé de prendre le raccourci et de survoler l’obstacle d’eau pour se rapprocher du green avec son driver. Un coup de folie ? Pas du tout ! Concentré, « Bryceps » a sorti sa plus belle musculature et a relevé le défi en catapultant la balle à plus de 340 mètre de carry. Deux fois : le samedi, d’abord ; le dimanche, ensuite. «J’étais comme un gamin. C’était génial. Quand j’ai vu la balle atterrir de l’autre côté du rivage, j’ai ressenti des frissons comme si j’avais réussi un hole in one » confia le dernier lauréat de l’US Open. Même le grand Arnold Palmer, concepteur et propriétaire du parcours, n’aurait jamais imaginé une telle audace sur ses terres!

A l’arrivée, « The Scientist » a remporté le tournoi avec un score de 11 sous le par, précédant d’un coup l’éternel Lee Westwood (47 ans), plus pétillant que jamais. A ses talents de frappeur fou, DeChambeau a ajouté un excellent petit jeu, rentrant notamment, dimanche, quelques improbables ficelles, comme sur les trous 4 et 11.