Plus que jamais, les signaux sont au vert sur les greens belges. C’est vrai au plus haut niveau grâce aux belles performances de Thomas Detry, Thomas Pieters, Nicolas Colsaerts ou Manon De Roey. Mais c’est vrai aussi au niveau des clubs avec un nombre d’affiliés à la hausse. Le millésime 2020, si atypique, a incité de nombreux indécis à succomber à la tentation des greens. "Le golf est un sport nature par excellence. Il se pratique au grand air, en toutes saisons et à tout âge, avec distanciation sociale. Il est excellent pour la santé et peut se jouer seul ou accompagné. Bref, il réunit tous les atouts en cette période si anxiogène", explique Émilie Geury, secrétaire générale de l’Association francophone (AFGolf).

Tout au long de l’année, des nouveaux joueurs ont donc franchi le pas, guidés à la fois par la curiosité, un emploi du temps plus léger et les packages destinés aux débutants. "Le golf a été l’un des premiers sports à pouvoir sortir du confinement au mois de mai. Nous avions préparé un protocole très pointu - le ‘park and play’ - qui assurait une sécurité optimale sur le parcours. Tout cela a contribué à un engouement général…"

Résultat : la plupart des clubs ont fait le plein de nouveaux membres. "Côté francophone, l’augmentation des licenciés devrait dépasser les 5 %. Et les chiffres sont encore plus importants côté néerlandophone", poursuit Émilie Geury. "Toutes les catégories d’âge sont concernées mais on remarque un intérêt de plus en plus marqué chez les jeunes adultes et chez les femmes. Soixante pour cent des nouveaux golfeurs sont ainsi âgés de moins de 50 ans et 40 % des participants aux actions de promotion organisées l’été dernier étaient des femmes. Ça tombe bien : l’année 2021 se déclinera au féminin avec différentes actions de promotion et un grand tournoi du Ladies European Tour qui aura lieu, en mai, au Naxhelet, près de Wanze."

Le golf a longtemps souffert, chez nous, d’une image assez élitiste. Là aussi, les choses évoluent dans le sens de la démocratisation, comme pour le tennis et le hockey autrefois. La plupart des clubs multiplient d’ailleurs les efforts pour conquérir de nouveaux joueurs. Les seniors restent évidemment majoritaires sur le tee de départ mais la moyenne d’âge ne cesse de baisser en même temps que les prix des cotisations.

Avec plus de 70 000 joueurs licenciés et des centaines d’emplois dans les 90 clubs du pays, le golf est une discipline qui compte dans notre paysage sportif. Il répond à une attente et transmet de belles valeurs. Seul hic : ce décret interdisant le recours aux produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des parcours qui pénalise lourdement les clubs, surtout côté francophone où aucune dérogation n’a jusqu’ici été autorisée (contrairement à ce qui passe côté flamand). "J’espère qu’un vrai dialogue pourra prochainement s’instaurer avec Céline Tellier, ministre wallonne de l’Environnement, pour trouver une solution. Tous nos clubs font de véritables efforts pour respecter la biodiversité. C’est un signal fort. En contrepartie, ils souhaitent notamment bénéficier d’une trousse de secours pour soigner les maladies et les champignons qui mettent en danger la survie de leurs greens."