En matière sportive, la Colombie est un pays riche et déroutant. Jadis, le coureur cycliste Lucho Herrera avait attisé les plus grandes passions par ses exploits sur le routes montagneuses du Tour de France. Sur les circuits automobiles, le pilote Juan Pablo Montoya est l'une des stars du grand cirque de la F 1. Et voilà que Camilo Villegas, un jeune golfeur, frappe à son tour aux portes de la gloire.

Présent sur le circuit professionnel américain (PGA Tour) depuis le début de l'année, ce joueur de 24 ans n'en finit pas de surprendre. Le week-end dernier, lors du Ford Championship à Doral, il a tenu la dragée haute à Tiger Woods en personne, terminant deuxième au terme d'une superbe bataille. «C'est de la graine de grand champion», conviennent, en choeur, les observateurs avisés.

Le petit Camilo découvrit le golf à l'âge de six ans, en compagnie de son père Fernando, membre du comité de direction du Club Campestre de Medellin. Le coup de foudre fut immédiat. «Ses progrès furent fulgurants. A neuf ans, il partageait déjà les parties des pros du club, tant son talent était grand», se souvient son premier professeur Rogelio Gonzalez, qui continue à le coacher aujourd'hui aux quatre coins du monde.

La passion du jeune garçon pour le golf était si aveuglante que lorsqu'une éclipse solaire interrompit un tournoi en 1999, Camilo n'y prêta aucune attention et poursuivit sa partie comme si de rien n'était, terminant seul l'épreuve! «Il est vraiment né pour le golf. Techniquement, il est très doué, il a des mains en or et est capable de réussir tous les coups. Mais, en outre, il possède une force mentale terrible et un sens aigu de l'observation. Gamin déjà, il comprenait tout très vite», raconte Felipe Harker, l'un des dirigeants de la fédération colombienne.

Parachuté dans une université de Floride à 18 ans, Villegas brûle, depuis lors, les étapes au soleil de son talent. Professionnel depuis 2004, le voici désormais parmi l'élite mondiale (il pointe déjà la 14e place de la Money List 2006) et promis au plus bel avenir.

La semaine dernière, à Doral, il a crevé l'écran, signant des coups magiques, collés au drapeau. A l'évidence, l'artiste de Medellin est parti pour une très grande carrière. Elevé au rang de héros national dans son pays, il a même réussi l'exploit de faire du golf un sport... populaire!

Dimanche, la télévision colombienne a bouleversé ses programmes pour retransmettre le dernier tour du tournoi américain. Du jamais vu pour un sport qui compte à peine quelques milliers de licenciés. «Je suis fier de représenter mon pays à l'étranger et de donner de la Colombie une image positive», répète Villegas, qui jure en anglais sur le terrain mais qui est resté très attaché, côté coeur, à son pays natal.

Aussi imprévisible dans ses tenues vestimentaires - il lui est arrivé de jouer avec un pantalon jaune! - que dans ses coups, Villegas symbolise le renouveau et la mondialisation du golf moderne. Jeune, audacieux, talentueux, le Tiger Woods de Medellin fera beaucoup parler de lui. C'est sûr!

© Les Sports 2006