Une nouvelle étoile brille au firmament du golf mondial. En remportant le PGA Championship, premier tournoi du Grand Chelem de l’année, Collin Morikawa a donné un nouveau coup de jeune à la discipline. Agé de 23 ans, pro depuis un an, l’Américain d’origine japonaise est promis à un très grand avenir. Le voilà déjà parachuté à la quatrième place du ranking mondial. En attendant mieux !

Dans le groupe de tête au départ du dernier tour, on le pensait encore un peu tendre pour se mêler à la lutte pour la victoire sur le terrible parcours du TPC Harding de San Francisco. C’était mal connaître ce champion d’un calme olympien, fin stratège et guidé par un incroyable talent. Le Californien (il est né à Los Angeles et réside à Las Vegas) a illuminé la dernière journée de toute sa classe, scellant son sacre avec un birdie sur le 14 (approche rentrée) et un superbe eagle sur le 16. Pas un bogey sur sa carte et une sensation de toujours maîtriser la situation : c’est la marque des très grands.

En vérité, le tournoi a été passionnant de bout en bout. Au cœur du dernier tour, on recensait, un moment, une douzaine de joueurs en l’espace de deux coups. Mais ni Paul Casey, ni Jason Day, ni Bryson DeChambeau , ni Dustin Johnson n’ont réussi à freiner la marche en avant du jeune premier. « C’est un rêve d’enfant qui se concrétise. Je n’ai pas de mots pour exprimer ce que je ressens » confiait très ému le lauréat en recevant le trophée dans le silence du huis clos.

Ce PGA Championship a laissé, en héritage, d’autres enseignements. Récemment élevé au rang de n°1 mondial, Justin Thomas n’a pu, cette fois, honorer son rang. Pourtant en grande forme ces dernières semaines, l’Américain n’a pas réussi à élever suffisamment son niveau de jeu pour se mêler à la lutte pour la victoire. La même analyse vaut d’ailleurs pour Jon Rahm (n°2 mondial) dont la remontada est arrivée trop tardivement et qui court toujours derrière son premier sacre en Major.

Ce premier Grand Chelem de l’année a permis, en revanche, à de nombreux jeunes loups américains d’afficher haut et fort leur ambition. On a déjà tout dit, bien sûr, de Collin Morikawa (23 ans). Mais Scottie Scheffler (24 ans), Cameron Champ (25 ans) et le génial Matthew Wolff (21 ans) montent aussi en puissance. Si l’on sait que Bryson DeChambeau, Xander Schauffele, Daniel Berger, Jordan Spieth et, bien sûr, Justin Thomas sont aussi tous âgés de moins de 30 ans, on imagine les beaux jours qui attendent l’équipe US de Ryder Cup !

De son côté, Tiger Woods termine à une décevante 37e place à un sous le par. Mais ce n’est qu’une demi-surprise. Voilà plusieurs mois que des douleurs récurrentes au dos freinent ses performances. A San Francisco, son physique a tenu. Mais le « Tigre » manquait de compétition pour sortir son meilleur jeu. L’homme aux quinze Majors a d’ores et déjà les yeux tournés vers le Masters dont il est le tenant du titre et qui, cette année, se disputera au mois de novembre. D’ici là, il devrait participer aux playoffs de la FedEx Cup et à l’US Open. Mais il sait que c’est dans son jardin d’Augusta qu’il a le plus de chance d’accrocher, à 44 ans, un nouveau titre de gloire…