Le golf est un sport impitoyable où il suffit d’un grain de sable pour dérégler les plus belles mécaniques. Alors qu’il maîtrisait totalement son sujet, Thomas Detry a subi une improbable défaillance, ce samedi, lors du troisième tour de l’Omega Dubaï Desert Classic (European Tour) qui se dispute sur le parcours de l’Emirates GC (par 72).

Alors qu’il avait aligné 43 trous consécutifs sans le moindre bogey et qu’il avait touché tous les greens en régulation, le Bruxellois a égaré son drive dans un buisson sur le trou n°8. Obligé de dropper, il n’a pu éviter un double bogey. C’était le début d’une très mauvaise passe avec, à la clé, un bogey sur le 11 (mauvais coup de fer au départ du par 3) et un nouveau double bogey sur le 12 (avec nouveau drop). Grâce à deux birdies sur les deux derniers trous, le Bruxellois a réussi à sauver les meubles pour une carte finale de 74 (+2) et un global de 8 sous le par. Mais à l’heure des comptes, le bilan est lourd. En tête au départ du troisième tour, il se retrouve désormais à la septième place à sept coups de Paul Casey (notre photo), auteur d’une fabuleuse carte de 64 (avec birdie et eagle à la fin). Dur, dur !

Nicolas Colsaerts a, de son côté, profité de ce « moving day » pour effectuer une magnifique « remontada ». En totale confiance, le Bruxellois a signé un score de 67 avec, notamment, un eagle sur le trou n°10. Avec un total de 6 sous le par, il pointe désormais dans le Top 20. Thomas Pieters (29ème) a, lui aussi, bien négocié ce troisième tour, rentrant une carte de 68 avec trois birdies sur les trois derniers trous.