C’est devenu une tradition : chaque année, la saison du PGA Tour se termine par les playoffs de la FedEx Cup. Ce tournoi artificiel, créé pour les télévisions, est un véritable jackpot pour les joueurs avec un bonus, pour le vainqueur final, de 15 millions de dollars!

Cette année, trois tournois sont au menu. Le « Northern Trust », qui débute ce jeudi, réunira les 125 premiers de la « money list » américaine de 2020. Il se disputera sur le parcours du TPC Boston. Au terme de cette première étape, les 70 premiers (selon un barême de points assez compliqué) seront qualifiés pour le BMW Championship qui aura lieu du 27 au 30 août sur le parcours d’Olympia Fields, dans l’Illinois. Enfin, les trente premiers auront le privilège de disputer la grande finale du 4 au 7 septembre sur le parcours East Lake d’Atlanta, en Géorgie.

La FedEx Cup n’a évidemment pas le prestige ou l’aura d’un tournoi du Grand Chelem. Mais tous les meilleurs joueurs du circuit US ont l’habitude d’y participer pour d’évidentes raison financières !

Ce sera encore le cas cette année avec un plateau somptueux. Tous les ténors sont annoncés sur le tee n°1. On pense, bien sûr, à Jon Rahm et Justin Thomas, qui se battent pour la place de numéro un mondial depuis plusieurs semaines. Mais aussi à Collin Morikawa (récent vainqueur du PGA Championship), Jason Day (qui revient en grande forme), Bryson DeChambeau (dont les drives défient la raison), Dustin Johnson (qui semble rétabli de ses problèmes au dos) ou Xander Schauffele (qui attend un premier grand sacre).

Même s’il a été assez décevant depuis la fin du lockdown, Rory McIlroy (notre photo) pourrait enfin se réveiller. Il est le tenant de la FedEx Cup. Et on suivra, bien sûr, avec attention les prestations de Tiger Woods qui, en 2007, avait été le premier lauréat de de cette épreuve si particulière.