"It's tee time!": après trois mois de suspension due au coronavirus, le circuit nord-américain de golf (PGA) redémarre à huis clos jeudi au Texas, en présence du top cinq mondial qui donne au Charles Schwab Challenge un air de Majeur, malgré l'absence de Tiger Woods.

En citant simplement le Nord-Irlandais Rory McIlroy, numéro un mondial, et ses poursuivants espagnol Jon Rahm (2e), et américains Brooks Koepka (3e), Justin Thomas (4e), Dustin Johnson (5e), jamais le Colonial à Fort Worth n'aura connu plateau si relevé.

Mieux: il rassemblera 70 de 100 premiers mondiaux et pas moins de 101 golfeurs ayant déjà remporté un titre sur le circuit PGA, parmi lesquels notamment les Américains Patrick Reed (7e) et Webb Simpson (9e), Phil Mickelson, quintuple vainqueur en Grand Chelem, ou encore Gary Woodland, lauréat du dernier US Open.

Autant dire que conserver son titre sera bien compliqué pour Kevin Na, dans un contexte qui plus est inédit puisque ce retour au golf va s'effectuer dans un calme absolu et à distance réglementaire les uns des autres, de surcroît sous une forte chaleur (de 35 à 37 degrés).

A l'initiative de la PGA, une minute de silence sera observée avant chaque tour, en soutien aux manifestations contre le racisme qui ont lieu depuis deux semaines aux États-Unis, consécutivement à la mort de George Floyd lors de son interpellation à Minneapolis le 25 mai.

En outre, le tee time a été fixé à 8H46, en référence aux 8 minutes 46 secondes de calvaire vécues par cet homme noir étouffé durant tout ce temps par le genou d'un policier appuyé sur son cou.

Côté protocole sanitaire mis en place par la PGA, les joueurs sont testés le lundi ou le mardi précédant l'épreuve, au même titre que les caddies, et différents membres du personnel (tournoi, PGA, employés du club...).

- Pas de poignées de main -

"Le test avec écouvillon nasal n'avait rien d'agréable. Mais je l'ai fait et j'ai obtenu mon laissez-passer", a témoigné Justin Thomas, qui s'attend à être rouillé jeudi, même s'il a fait en sorte de rester en forme ces trois derniers mois en s'entraînant dans son jardin.

Ils seront autorisés à s'entraîner jusqu'à ce que les résultats soient connus, mais tout test positif signifiera le retrait du golfeur. Idem pendant la compétition, où chacun devra se soumettre à des questionnaires et des prises de température quotidiens, tandis que poignées de main et accolades en fin de parcours seront proscrites.

Des conditions auxquelles ne sera pas soumis Tiger Woods, seul grand absent à Fort Worth. La légende américaine aux 15 titres en Grand Chelem n'a plus joué depuis le 16 février et une dernière place au Genesis Invitational, hormis une exhibition pour la bonne cause le 24 mai en Floride.

En quête de son 83e titre PGA, ce qui serait un nouveau record, le "Tigre" pourrait sortir de sa tanière la semaine prochaine pour participer au RBC Heritage (18-21 juin), sur l'île de Hilton Head en Caroline du Sud.

S'enchaîneront ensuite au calendrier PGA, le Travelers Championship dans le Connecticut (25-28 juin), le Rocket Mortgage Classic à Detroit (Michigan) du 2 au 5 juillet et une épreuve encore indéterminée, à Columbus (Ohio) du 9 au 12 juillet, devant pallier l'annulation du John Deere Classic (Illinois).

Enfin, c'est à Dublin (Ohio) du 16 au 19 juillet que le public pourra faire son retour, en nombre limité, autour des greens, le gouverneur de cet Etat, Mike DeWine, ayant donné son feu vert aux organisateurs du Memorial, après avoir levé les restrictions sur les grands rassemblements.