Daniel Berger, 27 ans, a remporté le Charles Schwab Challenge, tournoi de reprise du PGA Tour. Sans spectateur autour des greens, l’épreuve était déroutante.

L’histoire retiendra donc que l’Américain Daniel Berger, 27 ans, a remporté cet étrange Charles Schwab Challenge, tournoi de reprise du PGA Tour qui s’est disputé à huis clos sur le magnifique parcours du Colonial CC, au Texas. Le Floridien s’est imposé au terme d’un improbable suspense en dominant son compatriote Collin Morikawa lors du premier trou de playoff. Les deux hommes avaient terminé à 15 sous le par. Sous pression, le jeune Californien manqua un putt quasiment donné pour offrir le titre à son dernier adversaire. Une virgule très cruelle alors qu’il avait bénéficié d’un autre putt pour la victoire, sur son 72e trou !

C’est le troisième titre de la carrière de Daniel Berger. Longtemps membre du Top 10 mondial, ce dernier a traversé une longue éclipse en 2018 et 2019, suite notamment à une blessure au doigt. Ce succès inespéré le replace subitement sous les feux de la rampe. « C’est un grand moment d’émotion » confiait-il en soulevant, dans un silence de cathédrale, le trophée.

Car si ce tournoi restera dans l’histoire, c’est surtout pour son environnement très particulier. Pas de spectateur, pas d’applaudissements, pas d’ambiance : on respirait, sur le parcours texan, un parfum de garden party ! « C’était vraiment étrange. En général, le public donne de la voix et transcende les joueurs. En fonction de ses réactions, on sait si nous avons réussi une bon coup ou pas. Il nous donne de l’énergie même si, parfois, le bruit nous déconcentre. Là, on était seuls au monde » analysait Xander Schauffele qui lutta longtemps pour la victoire avant de craquer sur le dernier trou.

Il est évident que le brouhaha et la passion des spectateurs ont manqué au spectacle. Mais, dans l’ensemble, ce tournoi de reprise, doté de 7,5 millions de dollars, a été une belle réussite avec huit joueurs qui, le dimanche, se sont succédés en haut du leaderboard ! Souvent cité comme favori, Rory McIlroy n’a pas réussi à porter l’estocade, victime d’une dernière mauvaise journée (+4). Trop irréguliers, Jordan Spieth, Justin Rose et Justin Thomas n’avaient pas les armes pour aller au bout. Et Bryson DeChambeau, qui arborait une nouvelle musculature travaillée avec des haltères durant le confinement, a loupé d’un fifrelin le wagon du playoff lors de son dernier putt. Mais le jeu a été d’un très bon niveau global (les cinq meilleurs du ranking mondial étaient de la fête) et les audiences télé ont été très élevées aux Etats-Unis. A l’évidence, dans ce pays où le golf est un sport national, les passionnés étaient en manque !

A partir de jeudi, le circuit US fera escale au RBC Heritage, en Caroline du Sud, avec à nouveau un plateau d’exception.