Même le regretté Severiano Ballesteros, là haut dans le ciel, n’avait imaginé pareil scénario. Pareille remontée. Pareille victoire. Menée de quatre points (10-6) après les doubles, l'Europe a fini par s’imposer (14 1/2 à 13 1/2) et a conservé, hier, son trophée au terme d’un thriller unique dans les annales de la compétition.

A la façon d'une équipe de football devant remonter un lourd handicap, la formation de Jose-Maria Olazabal se lança, d'emblée, dans une folle offensive.

Le capitaine avait judicieusement lancé quelques grosses têtes en éclaireurs, histoire de mettre la pression sur l'adversaire américain et faire taire la foule, excitée comme pour un Superbowl! La tactique porta rapidement ses fruits avec un leaderboard qui vira au bleu, la couleur du Vieux-Continent.

Tour à tour, Donald, Poulter, McIlroy, Lawrie et Rose (grâce à un finish époustouflant face à Mickelson) apportèrent le point de la victoire à l’Europe. Le défi était passionnant, le suspense à son comble !

Opposé à Dustin Johnson dans une terrible lutte de grands frappeurs, Nicolas Colsaerts perdit, malheureusement, son match (3&2). Longtemps à égalité, le joueur belge perdit deux trous (10 et 11) dans une ambiance électrique. Il trouva les ressources pour revenir au score mais, fatigué nerveusement par trois jours de compétition intense, il céda ensuite.

Cette Ryder Cup volcanique se décida sur quelques détails, au bout du bout du suspense. Sergio Garcia arracha un succès épique face à Jim Furyk. A 13 points partout, il ne restait que deux parties en jeu et dans les travées du Medinah Country Club les « USA, USA » se faisaient de plus en plus discrets.

Et c’est l’Allemand Martin Kaymer, que l’on disait en méforme, qui se chargea d’apporter le point tant attendu en dominant Steve Stricker. Avec 14 points à son compteur, l’Europe avait conservé sa coupe. Pour la cinquième fois en six éditions.

Et Nicolas Colsaerts est désormais un lauréat de Ryder Cup !