L’European Tour 2009 se clôture cette semaine du côté des Emirats Arabes, via la traditionnelle finale regroupant les 60 meilleurs joueurs du circuit. Celle-ci se disputait ces dernières années à Valderrama, et se déroule désormais sur le Eath Course du Jumeirah Golf de Dubaï, dessiné par Greg Norman.

Cette migration vers ces contrées désertiques, actuellement en plein boum touristique, s’est réalisée bien évidemment contre monnaie sonnante et trébuchante. A tel point que l’European Tour a carrément été rebaptisé cette saison la "Race to Dubaï". Et pour cause : il s’agit cette année d’une véritable course aux (pétro) dollars, le vainqueur de l’ordre du mérite 2009 empochant un fameux bonus de 1 500 000$ sur un "bonus pool" de 7 500 000$ partagé entre les 15 premiers du classement 2009, alors que cette épreuve finale du "Dubaï World Championship" est elle-même dotée de 7 500 000$, dont 1 250 000$ au vainqueur !

De quoi rivaliser désormais quelque peu avec le PGA Tour américain. Dans cet ordre idée, ce n’est donc pas un hasard si l’on a vu à l’œuvre cette saison sur le circuit européen des joueurs tels l’Australien Geoff Ogilvy, le Colombien Camillo Villegas, ou l’Américain Anthony Kim, tandis que les meilleurs joueurs européens sont revenus plus souvent que ces dernières années sur le circuit de leurs premières amours.

A l’entame de cette finale, ils sont encore quatre, tous européens, à prétendre à ce fameux pactole. A commencer par le jeune prodige nord-irlandais Rory McIlroy (20 ans), actuellement en tête de la "Race to Dubaï" après avoir accumulé les performances. Le n°13 mondial s’est en effet imposé cette saison à Dubaï (en février dernier), tout en terminant par deux fois à la deuxième place à Hong Kong, 2e à nouveau à l’Alfred Dunhill Championship (Ecosse), et 3e en Afrique du Sud. Ses résultats en Grand Chelem furent également assez solides (20e au Masters, 10e à l’US Open, 47e au British Open et 3e à l’US PGA).

Bref, il fait figure de favori n°1 dans le cadre de cette première Race to Dubaï, même si l’Anglais Lee Westwood (n°5 mondial, vainqueur du récent Open du Portugal) et l’Allemand Martin Kaymer (n°11 mondial, vainqueur d’affilée de l’Open de France et de l’Open d’Ecosse cet été) sont prêts à profiter du moindre faux-pas de McIlroy. Tout comme l’Anglais Ross Fisher, qui a également déjà dépassé les 2 millions d’euros de prize-money cette année sur le circuit, tandis que son compatriote Paul Casey a dû déclarer forfait à Dubaï suite à une blessure au muscle intercostal.

A noter enfin que Geoff Ogilvy, Sergio Garcia, Ian Poulter et Padraig Harrington, ou encore les Sud-Africains Ernie Els et Retief Goosen, seront également bien présents à Dubaï. S’ils ne sont plus en course pour la gagne à l’ordre du mérite, ils tenteront néanmoins aussi de s’imposer, afin d’entrer par ailleurs en ligne de compte dans le "bonus pool" de 7500000$. Certains putts vaudront dès lors leur pesant d’or