Trois joueurs belges ont déjà foulé les greens de l’Augusta National lors du mythique Masters. Flory Van Donck termina 32e lors de l’édition de 1958, où il occupait le Top 10 après le premier tour. Nicolas Colsaerts, tout auréolé de ses exploits lors de la Ryder Cup de 2012, disputa l’épreuve en 2013 mais ne passa le cut après avoir signé des cartes de 74 et 77. Quant à Thomas Pieters, il participa deux fois au prestigieux tournoi du Grand Chelem. Pour sa pendaison de crémaillère, en 2017, il termina même quatrième grâce notamment à un dernier tour exceptionnel. Au départ du trou n°16, il faisait même encore partie des candidats à la green jacket mais un malheureux bogey freina son élan.

Cette année, malheureusement, aucun joueur belge n’a réussi à se qualifier pour le mythique tournoi géorgien, reporté au mois de novembre (du 12 au 15) en raison de la pandémie. Comme de coutume, un parfum du plat pays flottera pourtant sur les greens. Et pour cause ! C’est en effet sur des terres achetées en 1930 à un horticulteur… lierrois - le Baron Mathieu Edouard Berckmans - que Robert “Bobby” Tyre Jones créa l’Augusta National Golf Club, le mythique parcours qui accueille chaque année l’épreuve.

Un champion exceptionnel

Champion exceptionnel, Bobby Jones a dominé le golf de toute sa classe dans les années vingt. Rien ne lui résistait. Né pour le swing comme Mozart pour la musique, il lui suffisait de participer à un tournoi pour le remporter. Sa domination était si flagrante qu’il décida, après avoir réussi le Grand Chelem de l’époque (British Open et British Amateur, US Open et US Amateur), d’arrêter sa carrière en 1930, à l’âge de 28 ans. Ce jeune homme de la haute bourgeoisie géorgienne aurait pu passer professionnel mais, doté d’une confortable fortune personnelle, il préféra relever un défi très différent : dessiner le parcours de ses rêves.

Installé aux États-Unis, Louis Berckmans avait élu résidence à Augusta en 1857. Il y avait acheté 365 acres de terrain et fondé, avec son fils Prosper, les “Fruitland Nurseries”, une des premières entreprises américaines spécialisées dans le commerce d’arbres fruitiers. Lorsque Bobby Jones lui proposa de racheter ses terres, la famille Berckmans, lourdement endettée par la crise économique de 1929, n’hésita pas.

Le lieu, colorié de mille essences rares, convenait à merveille pour un parcours de golf. Avec l’aide de l’architecte écossais Alistair McKenzie, Bobby Jones prit donc son plus beau crayon et coucha sur papier, pour la postérité, un somptueux dix-huit trous. Ainsi naquit, en 1932, l’Augusta National Golf Club. Un nom magique qu’il suffit de prononcer pour faire naître des étincelles dans les yeux de tous les golfeurs de la planète.

Qui sait ? Un jour, un champion belge remportera peut-être le Masters et rendra personnellement hommage au Baron !